Le gouvernement a organisé des consultations régionales pour recueillir les propositions à même d’améliorer les choix. Les débats ont été houleux dans certaines localités. Il y a eu même des manifestations de rue par endroits

 

Le parachèvement du processus de réorganisation territoriale est l’un des axes majeurs de la feuille de route de la Transition. La commission chargée du processus a organisé des ateliers régionaux de restitution de ses travaux du 29 au 30 avril dernier au niveau des chefs-lieux de région et du District de Bamako. L’objectif de ces rencontres était d’expliquer les choix et orientations du gouvernement aux populations afin de recueillir leurs éventuelles recommandations.

L’adoption de la loi n° 2012-017 du 2 mars 2012 portant création de circonscriptions administratives en République du Mali a eu pour conséquence une augmentation du nombre de régions de 8 à 19, donc la création de 11 nouvelles régions. Au niveau de Kayes, les cercles de Kita et de Nioro ont été érigés en région.

Mais, c’est le cas du Cercle de Kéniéba qui a surtout fait l’objet de débats houleux durant les travaux de la rencontre de Kayes. Dans le projet initial qui avait été proposé aux concertations régionales de 2018, Kéniéba appartiendra à la Région de Kita. Et les délégués de cette circonscription administrative qui étaient présents à ces concertations ont purement et simple demandé l’érection de leur cercle en région et ses arrondissements en cercles.

À l’issue des débats houleux sur le rattachement de Kéniéba à Kita et l’appartenance de certains villages aux communes de leur choix, le gouverneur de Kayes, Moussa Soumaré, a demandé que les passages du rapport général relatif à l’érection des Cercles de Kéniéba et de Bafoulabé en région soient supprimés afin de respecter l’esprit de la loi. D’après le projet, la Région de Kayes sera composée de 8 cercles, 29 arrondissements et de 63 communes. Kita aura 5 cercles, 18 arrondissements et 45 communes. Nioro comptera 4 cercles, 12 arrondissements et 31 communes.

Avec le nouveau découpage territorial, Koulikoro, la deuxième région administrative du pays, a été divisée en trois régions, à savoir les Régions de Koulikoro, Dioïla et Nara.
San ne fait plus partie de la Région de Ségou pour la simple raison qu’elle est devenue une région à part entière selon la loi n° 2012-017 du 2 mars 2012. Lors des travaux de restitution des conclusions de la commission chargée de la réorganisation territoriale dans la Capitale des Balanzans, des participants ont proposé que l’arrondissement de Markala soit érigé en cercle.

La proposition n’ayant pas été prise en compte, la population de cette localité n’a pas tardé à manifester son mécontentement. Les manifestants n’ont pas hésité à en découdre avec les forces de l’ordre.
Contrairement à Ségou, Sikasso a connu des journées de consultations calmes même si les débats ont été parfois tendus. Selon les textes de la création des nouvelles circonscriptions territoriales administratives régionales, la Région de Sikasso a été divisée en 3 régions : Sikasso, Bougouni et Koutiala.

Le projet de création des cercles et des arrondissements soumis aux participants de l’atelier prévoit pour la nouvelle Région de Sikasso 8 cercles et 21 arrondissements, la Région de Bougouni 6 cercles et 25 arrondissements et enfin la Région de Koutiala 4 cercles et 12 arrondissements. Des participants étaient contre le fait que la Région de Bougouni ait plus d’arrondissements que celle de Sikasso, la plus ancienne. Mais les autorités ont apporté des arguments qui ont convaincu les uns et les autres.

Dans la nouvelle configuration du territoire, la Région de Mopti est divisée en trois entités régions : Mopti, Bandiagara et Douentza avec des nouveaux cercles et arrondissements. La Région de Mopti qui reste toujours la 5ème région administrative dispose de 8 cercles que sont Mopti, Djenné, Tenenkou, Youwarou, Sofara, Konna, Korientzé et Toguéré-Coumbé.

Il compte 29 arrondissements et 49 communes. La Région de Bandiagara qui devient la 17ème région, compte 4 cercles (Bandiagara, Bankass, Koro et Kendié), 22 arrondissements et 49 communes. Douentza qui est la 19ème région comprend 4 cercles (Douentza, Boré, Hombori et N’Gouma), 7 arrondissements et 15 communes.

Au cours des deux jours de travaux, des voix se sont élevées pour déplorer la non prise en compte de certaines préoccupations évoquées notamment l’érection de l’arrondissement de Mondoro, Dialassagou en cercle et le rattachement de la Commune de Madiama au cercle de Djenné au lieu de Sofara. Tandis que le sujet était en débat dans la salle, des jeunes battaient le pavé aux alentours avec des pancartes et banderoles pour demander l’érection de Mondoro en cercle. Des participants ont souhaité que Kouloko, Boulkéssi, Niangassadjou et Tiguila soient érigés en arrondissement pour une prise en charge efficiente des aspects sécuritaire.

Les représentants du ministère ont joint leur voix à celle du gouverneur Abass Dembélé pour expliquer à l’audience que l’atelier offrait la possibilité de proposer des modifications de rattachement des entités administratives de base quartier-village à une commune, les propositions de modification liée à l’orthographe y compris l’appellation authentique des circonscriptions administratives, des collectivités territoriales et des entités administratives de base. Le gouverneur a rassuré les participants que toutes les propositions seront consignées dans un rapport qui sera transmis à qui de droit.

Gao reste la 7è région administrative du pays, avec 8 cercles, 17 arrondissements et 23 communes. Certains participants à la rencontre ont proposé d’ériger tous les anciens arrondissements des années 1959 à 60 en cercle (cas de Talataye et Tessit). D’autres ont souhaité que les cercles d’Almoustrat, Ansongo et Bourem soient érigés en région.

Il y aurait eu des manifestations dans certaines de ces localités afin de mettre la pression sur les autorités. Selon le planning, le District de Bamako devrait avoir six arrondissements en lieu et place des communes avec 99 quartiers. Ainsi, le premier arrondissement aura 22 quartiers, le deuxième 14, le troisième 20, le quatrième 10, le cinquième 17 et le sixième 16.

Au ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, on tient à préciser que les consultations régionales sur la réorganisation territoriale avaient uniquement pour but de recueillir les éventuelles propositions des populations pour améliorer les choix opérés par le gouvernement.

Selon notre interlocuteur, les agissements signalés dans les Régions de Ségou, Mopti et Gao prouvent que les populations s’intéressent à ce processus. Il faut rappeler que les 19 régions du Mali sont : Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao, Kidal, Taoudéni, Ménaka, Nioro, Kita, Dioïla, Nara, Bougouni, Koutiala, San, Bandiagara et Douentza

Madiba KEITA
avec les correspondants de l’AMAP

Source : L’ESSOR

MaliwebPolitique
Le gouvernement a organisé des consultations régionales pour recueillir les propositions à même d’améliorer les choix. Les débats ont été houleux dans certaines localités. Il y a eu même des manifestations de rue par endroits   Le parachèvement du processus de réorganisation territoriale est l’un des axes majeurs de la feuille...