Plusieurs accords ont été récemment signés entre les communautés et des groupes terroristes dans la région de Mopti et de Ségou. Dans celui de Niono dans la région de Ségou, il est convenu de faire une trêve en vue de cesser de recours à la violence. A peine cet accord signé, les armes ont continué à se faire entendre. Alors est-ce la fin du cessez-le-feu ?

 

Le ministre de la Réconciliation nationale le Colonel-Major Ismaël WAGUE était devant le Conseil national de Transition, il y a quelques jours. Il répondait aux questions orales d’un membre du CNT sur le processus de la réconciliation et la teneur des accords signés çà et là en vue de ramener la paix.
Ce jour, le ministre se réjouissait de ces accords qui ont permis d’apporter l’accalmie par endroit. Aussi, ces accords ont permis d’avoir un cessez-le-feu. Mais lesdits accords, à peine signés et mis en œuvre que les parties prenantes ont repris les hostilités. Preuve : les récents affrontements entre l’armée malienne et un groupe terroriste qui ont fait de nombreuses pertes en vie humaine.
En effet, selon un communiqué du Chef d’État-major Général des Armées en date du lundi, une embuscade a été tendue aux soldats maliens dans l’après-midi du 24 avril 2021. C’était dans le secteur de Sabéré Mbamba, cercle de Niono. Toujours selon le Chef d’État-major Général des armées, une reconnaissance a permis de localiser le groupe terroriste responsable de l’attaque.
Deux jours après ledit groupe a été la cible d’une action combinée FAMa-Barkhane dans le secteur d’Alatona. Après ratissage de la zone, le bilan provisoire se présente comme suit : côté ami : aucune perte ou blessé n’est à déplorer. Côté ennemi : 26 terroristes neutralisés, deux pickups détruits, un pickup récupéré et une grande quantité d’armes saisies.

Cette attaque et la riposte de l’armée, en collaboration avec Barkhane, ont porté alors un coup au cessez-le-feu signé notamment à Niono. Mais la question qui se pose est de savoir si cette opération assimilable à une violation de cessez-le-feu va remettre en cause l’ensemble du contenu de l’accord signé.
En tout cas, ce qui est sûr, le contenu de cet accord est controversé par une partie importance de la population au motif qu’il est liberticide et ouvre la voie à l’application de la charia dans certaines localités dans un pays laïc.
L’autre aspect est l’effectivité des accords signés par des groupes terroristes puisqu’ils ne sont pas généralement respectés.

Par Sikou BAH

Source : INFO-MATIN

MaliwebPolitique
Plusieurs accords ont été récemment signés entre les communautés et des groupes terroristes dans la région de Mopti et de Ségou. Dans celui de Niono dans la région de Ségou, il est convenu de faire une trêve en vue de cesser de recours à la violence. A peine cet...