Réunis lundi dernier avec les autorités de la transition, les ambassadeurs se sont réjouis du fait que le dialogue avance entre le Mali et la CEDEAO. Les échanges ont porté sur la fixation de la durée de Transition, la mise en place d’une commission chargée de l’élaboration d’une nouvelle Constitution, l’adoption de la nouvelle loi électorale par le CNT et sa promulgation par le chef de l’État. Ainsi que la mise en place de l’Autorité indépendante de gestion des élections. Dans l’ensemble, tout est au vert pour le Mali et les regards sont désormais braqués sur Accra. 

 

Cette rencontre a eu lieu dans les locaux du département du ministère des Affaires étrangères et à l’issue de laquelle le chef de la diplomatie malienne a expliqué qu’il s’agissait d’échanger avec les diplomates sur les avancées de la Transition. Des avancées qui se sont traduites par la fixation de la durée de Transition, la mise en place d’une commission chargée de l’élaboration d’une nouvelle Constitution, l’adoption de la nouvelle loi électorale par le Conseil national de Transition (CNT) et sa promulgation par le chef de l’État et la mise en place de l’Autorité indépendante de gestion des élections (AIGE).

Le chef de la diplomatie malienne, Abdoulaye Diop, a informé les différentes chancelleries accréditées dans notre pays sur les avancées enregistrées dans le processus de Transition et expliqué les contours des négociations pour le renouvellement du mandat de la Minusma.

Parallèlement, a indiqué Abdoulaye Diop, des discussions sont en cours avec la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) par rapport à la mise en place d’un mécanisme commun de suivi-évaluation du chronogramme. «Un chronogramme qui sera diffusé bientôt, après consultation des forces politiques et sociales maliennes dès ce mardi» (aujourd’hui, ndlr), a-t-il annoncé.

À l’entendre, avec ces efforts, il est permis d’espérer que ces actes forts posés par les autorités de la Transition, et qui vont dans le sens de la concrétisation de leur engagement pour un retour à l’ordre constitutionnel, puissent être pris en compte par le prochain sommet de la CEDEAO, prévu pour le 3 juillet à Accra au Ghana.

Il a ainsi affiché son optimisme de la levée des sanctions qui frappent notre pays après le sommet d’Accra, «afin que nous entrions dans une dynamique plus positive et vertueuse».

Renouvellement du mandat de la Minusma

Le deuxième sujet de cette rencontre était lié au renouvellement du mandat de la MINUSMA. À ce sujet, Abdoulaye Diop a rappelé que les discussions tournent autour de trois points importants pour le Mali : la demande de soutien aérien formulée par la France à travers Barkhane pour pouvoir appuyer la mission onusienne, les droits de l’Homme et la question de la référence au G5- Sahel.

Pour le ministre Diop, la demande formulée par France est une ligne rouge pour le Mali. Il s’est réjoui du fait que cette disposition a été enlevée du projet de résolution parce qu’elle «constituait une violation de la souveraineté de l’État malien». De son point de vue, les deux autres points sur lesquels le Mali a insisté le 13 juin dernier devant le Conseil de sécurité de l’ONU à New York concernent les droits de l’Homme et la question de la référence au G5- Sahel. Sur les droits de l’Homme, il a soulignéque le Mali a plaidépour la dépolitisation de cette question, afin qu’elle ne puisse servir d’autres agendas, bien que le Mali reste toujours engagé pour le respect des droits de l’Homme.

Par rapport à la référence au G5- Sahel, le Mali n’est pas opposé à cette disposition, mais à condition qu’elle ne génère aucune obligation pour notre pays dont le retrait de cette organisation est aujourd’hui, effectif.

De son côté, au nom du corps diplomatique, l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de l’État de Palestine et doyen des ambassadeurs accrédités au Mali, Hadi Shebli, a apprécié l’initiative du Gouvernement et s’est réjoui du fait que le dialogue avance entre le Mali et la CEDEAO. Selon lui, l’ensemble des diplomates espère sur la levée immédiate des sanctions contre Mali, lors du sommet de la CEDEAO du 3 juillet prochain à Accra au Ghana.

Bourama KEITA

Source :  LE COMBAT

MaliwebPolitique
Réunis lundi dernier avec les autorités de la transition, les ambassadeurs se sont réjouis du fait que le dialogue avance entre le Mali et la CEDEAO. Les échanges ont porté sur la fixation de la durée de Transition, la mise en place d’une commission chargée de l’élaboration d’une nouvelle...