Si certains croient que les partis et groupements politiques signataires de la déclaration commune du 2 juin préparent une nouvelle coalition contre la Transition ou la nomination du Dr Choguel Kokalla Maïga comme Premier ministre, le président de l’Action Républicaine pour le Progrès (ARP), Tiéman Hubert Coulibaly, avance le contraire. En tout cas dans cet entretien que nous avons eu avec lui, hier dans l’après-midi, il a, après avoir appelé les autorités de la transition à travailler dans le consensus, indiqué que son groupement politique n’est pas dans une querelle de personne. Aussi, a-t-il rassuré de la disponibilité de l’ARP à accompagner la transition s’il est consulté.

Lisez notre entretien !

Le Pays : Le mercredi dernier, plusieurs partis et groupements politiques dont le vôtre, l’ARP, ont fait une déclaration commune concernant les évènements politiques en cours. De quoi s’agit-il réellement ?

Tiéman Hubert Coulibaly : Nous nous sommes réunis afin de nous organiser pour apporter, à la transition actuelle, le soutien le plus efficace de manière à ce qu’elle se déroule dans la paix, que nous n’ayons plus de soubresaut ni d’arrêt brutal du processus et que les autorités de la transition puissent travailler avec la plus grande efficacité. Et en cela, nous avons dit que nous devions apporter une contribution de qualité pour qu’il y ait une cohérence nationale sur laquelle, d’ailleurs, la communauté internationale pourrait s’appuyer pour accompagner le Mali. L’esprit, c’est d’aider, de soutenir la transition afin que tout se passe comme il faut, y compris dans les délais et qu’au bout, nous pussions redonner à la République tous ses droits. C’est cela l’esprit de notre réunion d’hier (mercredi). Évidemment, nous suivons ce qui se passe. Nous savons que le chef d’État, le nouveau président de la Transition, doit prêter serment incessamment. Suite à cela, il désignera certainement le Premier ministre de son choix et charge à ce dernier de former un gouvernement consensuel. Il faut que ce gouvernement soit le plus consensuel que possible pour que les forces sociales soient autour de ce dispositif-là afin que notre pays reprenne sa marche.

Vous réclamez, dans le communiqué, le respect du principe du consensus dans la mise en place des organes de la Transition. Vous vous sentez, donc, quelque part lésés ?

On ne va pas faire un procès avant la mise en place des organes, mais nous préconisons le consensus.

Mais le chef d’État, lors de sa rencontre avec la classe politique, vous a demandé d’accepter à ce que le poste de Premier ministre soit confié au M5-RFP.

Dans l’esprit de notre constitution, le chef de l’État choisit le Premier ministre avec qui il est confortable et qui est supposé réunir une majorité politique. Et je pense que, en tout cas de notre point de vue à l’ARP, nous ne sommes pas dans des querelles de personne ni dans une querelle tendant à exclure qui que ce soit. Il n’y a pas si longtemps, dans une interview que j’ai accordée à un organe de la place, j’ai demandé à ce que le M5 participe, que le M5 rejoigne l’ensemble national. Donc je ne vais pas me contredire aujourd’hui. Ce qui plaira au président de la Transition en termes de choix du Premier ministre, il le fera. Nous recommandons simplement qu’il fasse un bon choix et que celui qui sera choisi au sein du M5, si c’est cela son souhait, travaille dans un consensus maximum pour former le gouvernement pour que les choses reprennent une allure constante et que le travail se fasse dans l’efficacité. C’est ça notre point de vue à l’ARP.

Beaucoup voient votre nouvelle coalition comme un mouvement de contestation contre les autorités de la transition. Qu’en pensez-vous ?

Il n’y a aucune coalition. Il n’y a pas eu de création de quoi que ce soit. Nous nous sommes réunis, nous avons réfléchi ensemble et il y a eu un communiqué. Maintenant, je vous précise que l’ARP demande un consensus. Il faut un consensus, c’est nécessaire. Aujourd’hui, on ne va quand même pas demander le consensus pour le chef de l’État puisqu’il est déjà en place. Il faut que chacun se rappelle que nous sommes dans un processus qui a commencé depuis le mois d’août 2020. C’est celui-là qui continue et il doit nous conduire à l’organisation d’élections pour que la République puisse reprendre tous ses droits. C’est une période d’exception, et nous l’intégrons très bien. Il y aura un Premier ministre qui sera désigné. Si le choix est porté sur le M5, nous n’avons aucun problème avec ça.

L’ARP entrera-t-il dans le gouvernement s’il est consulté ?

Oui, mais nous attendons d’être consultés. Je prône un consensus, je prône la participation, si nous sommes consultés, nous n’allons pas rejeter l’appel ou la main tendue, à l’ARP.

Le conseiller juridique du président de la Transition a parlé d’une possible prorogation de la transition. Qu’en pensez-vous ?

D’un point de vue national comme international, la recommandation est que la transition se fasse dans les délais qui ont été prescrits. Il faut donc travailler dans ce sens. Encore une fois, si nous sommes dans un consensus national, nous pouvons relever tous les défis. Mais il faut que le gouvernement se concentre sur des missions essentielles. Il n’est pas question, après, d’ouvrir des chantiers qui vont prendre beaucoup de temps et qui pourraient, peut-être, ralentir la marche. Il y a deux dangers par rapport à cela : le premier, c’est le manque de cohésion et de cohérence nationale et le second, ce sont les choix qui, d’un point de vue technique, pourraient être problématiques.

Donc il faut réduire le champ des missions de la transition, les cantonner à l’essentiel, mais se battre, pour réaliser cet essentiel.

Propos recueillis par Boureima Guindo 

Source: Journal le Pays- Mali

 

MaliwebPolitique
Si certains croient que les partis et groupements politiques signataires de la déclaration commune du 2 juin préparent une nouvelle coalition contre la Transition ou la nomination du Dr Choguel Kokalla Maïga comme Premier ministre, le président de l’Action Républicaine pour le Progrès (ARP), Tiéman Hubert Coulibaly, avance le...