L’Alliance pour la Démocratie au Mali (Adema-Pasj) assume ses responsabilités  dans la gestion du pays des 20 dernières années. C’est ce qui ressort en substance des propos tenus par  le président par intérim du parti, le Prof. Tiémoko Sangaré. C’était, le samedi 18 janvier 2014, lors de la journée parlementaire de la formation de l’Abeille.

 tiemoko sangare ancien ministre environnement president adema pasj interim
Tiemoko Sangare

En ouvrant cette journée parlementaire de sa formation politique à l’hôtel Radisson Blue (sis à Hamdallaye ACI 2000), le président par intérim de l’Adema, Tiémoko Sangaré, dira que  l’Adema a pris certes des coups, mais que le parti entend rebondir. Aujourd’hui, le parti compte 16 députés dont 11 nouveaux contre 55 à la dernière législative. « Notre parti a été particulièrement mis en indexe au cours des événements passés par rapport à la gestion du pouvoir des 20 dernières années. Nous disons que nous assumons notre part de responsabilité à ce qui a été fait pendant cette période ; ceci en termes de succès comme en termes d’échecs », a déclaré d’entrée de jeu, le Prof. Tiémoko Sangaré, président par intérim de l’Adema-Pasj. Avant d’ajouter : « On a été beaucoup diffamé et discrédité, mais je suis sûr et convaincu que le fait d’avoir encaissé ces coups à contribuer à forger en nous des ressorts encore plus puissants pour rebondir et nous rebondirons ».

 

 

Soulignons qu’au cours de cette journée parlementaire, il a été question de la reconstruction et le retour aux valeurs du parti de l’Abeille. Le fonctionnement de l’Assemblée Nationale et ses missions ont été explicités par l’ancien élu de Gao, Assarid Ag Ibrakawane, qui a siégé à l’Hémicycle pendant 20 ans.

 

 

Une partie du peuple Adema, faut-il le rappeler, s’attendait à voir l’Adema s’inscrire dans l’opposition. Tel ne sera pas le cas, parce que l’Adema a décidé d’opter pour la majorité présidentielle. « Chaque partie est libre d’opter et nous avons décidé d’opter pour la majorité présidentielle. Nous allons accompagner le président de la République IBK qui est un camarade à nous, chose qu’il ne faut jamais oublier. Et il serait très difficile pour nous d’aller à l’opposition contre le président IBK », a conclu Assarid Ag Ibrakawane, un baron de l’Adema-Pasj.

 

Aliou Agmour Touré              

 

SOURCE: Le Pay