A travers un communiqué rendu public le 27 septembre 2022, le ministre de l’Élevage, porte-parole du gouvernement du Niger, Tidjani Idrissa Abdoul Kadri, éclaircit l’opinion nationale et internationale sur les raisons de la suspension du transit des hydrocarbures entre le Mali et le Niger.

Dans le communiqué, il est indiqué que le ministère des Finances, à travers la direction générale des douanes, dans le cadre de ces opérations de transit transfrontalier des hydrocarbures, avait autorisé certaines sociétés à acheminer les produits pétroliers en provenance du Nigéria vers certains pays voisins, notamment le Mali, en aout 2022.

Cependant, le ministre de l’Elevage porte-parole du gouvernement  souligne qu’il a été constaté au cours de ces acheminements des pratiques frauduleuses de renversement de ces produits exonérés de taxe et de droits de douanes sur le territoire nationale. C’est suite à ce constat que le ministre des Finances a pris la décision de suspendre desdites autorisations suivant la note de service 1261/MFDCD du 9 septembre 2022 adressée aux services des douanes.

Toutefois, dans la note du ministre de l’Elevage porte-parole du gouvernement, il est souligné que cette mesure de suspension ne concerne pas les exportations des produits pétroliers raffinés au Niger, qui continuent d’être exportés vers le Mali.

« Le Gouvernement du Niger informe l’opinion nationale et internationale que contrairement à une opinion véhiculée par les réseaux sociaux, cette mesure antérieure à la déclaration du Premier ministre par intérim du Mali à la tribune de l’Assemblée générale des Nations Unies n’a rien à voir avec celle-ci », lit-on dans le communiqué.

En outre, le communiqué souligne que cette déclaration du Premier ministre par intérim du Mali à la tribune de l’Assemblée générale des Nations Unies n’a donné et ne donnerait pas lieu à une réaction de la part du Gouvernent du Niger.

Tioumbè Adeline Tolofoudié

Source: LE PAYS