Selon le communiqué final du sommet extraordinaire de la CEDEAO tenu le 16 septembre 2021, les chefs d’État de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) demeurent « très » préoccupés par la lenteur dans la préparation des élections prévues au Mali pour fin février 2022.

La CEDEAO a réitéré sa demande pour « un respect strict du calendrier de la transition devant conduire à la tenue effective des élections dans le délai non négociable de février 2022 », lit-on dans le communiqué.

L’organisation a exigé aux autorités de la transition « de soumettre au plus tard à la fin du mois d’octobre 2021, le chronogramme devant conduire aux étapes essentielles » pour les élections de février prochain.

La conférence des chefs d’État a également décidé « de sanctions ciblées contre tous ceux dont les actions impactent négativement sur le calendrier de la transition ». Ces sanctions impliqueraient notamment « l’interdiction de voyage pour ces personnes et leur famille et le gel de leurs avoirs financiers », précise le communiqué.

M. K. Diakité

Source: Le Républicain

MaliwebPolitique
Selon le communiqué final du sommet extraordinaire de la CEDEAO tenu le 16 septembre 2021, les chefs d’État de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) demeurent « très » préoccupés par la lenteur dans la préparation des élections prévues au Mali pour fin février 2022. La CEDEAO a...