Le centre international de conférence de Bamako a servi de cadre au deuxième congrès ordinaire de l’Union Patriotique pour la République (URP). Ce congrès, placé sous le signe espoir et confiance pour le sursaut national, a vu la reconduction du président sortant, Dr Modibo Soumaré à la tête du parti. C’était le samedi 18 septembre 2021.

Etaient présents à ce congrès, outre le président Modibo Soumaré, Tieman Hubert Coulibaly, non moins parrain de ce congrès, Professeur Aly Nouhoun Diallo, ancien président de l’assemblée nationale, Mme Traoré Kadia Traoré, présidente du Mouvement des Femmes, une importante délégation sénégalaise un conseiller spécial du Président MackySAllet bien d’autres personnalités.

Le parti URP devenu désormais AFD (l’Alliance des Forces Démocratiques) résulte de la volonté d’une démocratie transparente, d’améliorer le vivre ensemble face aux menaces multidimensionnelles que sont les conflits inter-intracommunautaires, le terrorisme transfrontalier, le trafic de drogue et autres fléaux qui affectent le Mali et ses voisins de l’espace saharien.

« L’AFD sera le cadre au sein duquel nous travaillerons pour faire triompher les idéaux de justice sociale, de paix et d’épanouissement spirituel et matériel auxquels nous nous consacrons depuis des années », a déclaré Dr Modibo Soumaré.

Au cours de ce congrès, le président a déclaré qu’il développera des thématiques fortes pour un Mali qui avance et qui gagne tous les jours et partout. Ces thématiques sont entre autres : ‘’Travailler à l’émergence d’une justice saine ; Renforcer l’esprit patriotique par la culture du travail bien fait ; Développer et moderniser l’ensemble des secteurs de développement’’.

Il a aussi dans son  discours annoncé des décisions fortes « Notre démocratie a été travestie par l’argent, la corruption et la mal gouvernance. Ensemble, il nous faut trouver des solutions acceptables, des plans vertueux de gestion de l’Etat pour léguer à la nouvelle génération, l’espoir d’une vie meilleure avec la santé, l’éducation nécessaire à leur épanouissement.
Nous sommes pour un renforcement du contrôle à tous les niveaux. Nous sommes pour un grand respect des autorités traditionnelles et religieuses en position d’arbitres et de médiateurs pour la nation. A ce titre, nous réaffirmons la séparation claire de la gestion de l’Etat à la gestion du Culte.
A cet effet, Nous sommes prêts pour débattre dans le but de faire partager nos propositions de gouvernance pour sortir le pays de ce cycle crise/insécurité/désolation.
« Nous l’avons dit depuis 2013 qu’il faut une application intelligente de l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger.  EH oui, cette expression, nous nous en félicitons qu’elle soit répétée au sommet de l’Etat malheureusement dans un mauvais registre.

Humaniste et libéral jusqu’aux ongles


Nous sommes pour le respect de nos engagements auprès de nos partenaires et sommes nous en accord avec le mémorandum du cadre de concertation des plateformes et partis politiques pour une transition réussi »

Parlant de l’économie et des tares dans la gestion des affaires du pays, DR Modibo Soumaré plaide « Le développement économique de tout Etat réside dans la qualité d’adopter des axes de développement à son environnement comme dirait les agronomes à sa biocénose. Nous sommes un parti d’obédience humaniste et libéral. Nous sommes pour faire de l’homme le maitre d’œuvre de son épanouissement et du développement de son pays. Cela passe par le travail. Alors Travaillons et réussissons ensemble pour le Mali. Comme annoncer par  la devise de l’AFD
Nous rendons hommage aux milliers de chefs d’entreprise qui se battent jours et nuits pour le développement de leurs entreprises, qui créent des milliers voir des millions d’emplois pour les jeunes et pour les femmes.
Nous plaidons pour un appui au secteur privé, nous plaidons pour une flexibilité de l’employabilité. Nous plaidons pour une simplification des procédures de la création d’entreprise.
Nous restons convaincus que l’Etat doit s’atteler à ses fonctions régaliennes (la Sécurité, la Défense, la Santé, l’éducation et la Justice).
De la Gouvernance et des réformes institutionnelles qui sont les deux bombes à désamorcer pour que le Mali se mette au travail.

Blancs comme neige

A cet effet, nous l’avons dit et répété ; nous exigeons une exemplarité des dirigeants et des leaders, en somme des dirigeants propres ; une réduction drastique du train de vie de l’Etat, et l’application des réformes institutionnelles indispensables y compris celle de la Cour Constitutionnelle.
Une exigence de résultats dans un délai raisonnable.
Une exigence de résultats aux travailleurs ; aux agents de l’Etat, une adaptation de la formation en mettant l’accent sur l’enseignement technique et professionnel pour les milliers de jeunes qui sortent de l’école tous les ans sans formation professionnelle qualifiée. Faisant d’eux des candidats aux djihads et à l’exil sur la mer.
Comme dit un adage : « C’est au fond du Puit que l’on reconnait ses véritables amis ». Que soit remercié les Membres de la Communauté internationale qui malgré nos difficultés sont restés au côté du Mali.
Mes chaleureux remerciements vont à l’endroit de tous les amis, militants, chefs de partis politiques, de la société civile qui ont bien voulu honorer de leur présence à ce 2ème congrès de l’Union des Patriotes pour la République devenu Alliance des Forces Démocratiques ».

Tieman Hubert Coulibaly, le Pr. Aly Nouhoum Diallo ainsi que tous les invités ont salué les efforts du président de l’AFD qui s’impose comme un défenseur de la liberté et de la démocratie.

Ibrahim Yattara

Source: L’Informateur

MaliwebPolitique
Le centre international de conférence de Bamako a servi de cadre au deuxième congrès ordinaire de l’Union Patriotique pour la République (URP). Ce congrès, placé sous le signe espoir et confiance pour le sursaut national, a vu la reconduction du président sortant, Dr Modibo Soumaré à la tête du...