Cette fête, qui, selon les ulémas, célèbre le souvenir de la victoire de Moussa sur Pharaon, est une occasion pour la communauté musulmane de multiplier les adorations d’Allah. En outre, elle a une dimension traditionnelle, fortement ancrée dans la culture malienne, car mise à profit par les nièces et neveux pour se faire offrir des cadeaux, à travers notamment des tâches domestiques comme balayer la cour ou laver les habits.

Selon les traditionnalistes, cette action des nièces et neveux est une tradition antérieure à Achoura au Mali. Elle s’inscrit dans la manifestation des valeurs qui constituent le socle de la société malienne.

« Les neveux et nièces rendent visite à leurs oncles et tantes pour faire des travaux et avoir des bénédictions. Ils vont balayer la maison. C’est pour assainir. C’est aussi montrer qu’il y a des progénitures indirectes et qui viennent aujourd’hui assainir chez toi. En plus des bénédictions, les parents donnent des cadeaux », nous explique Amadou Diallo, traditionnaliste.

Dikorè Traoré, raconte que chaque année, il est de son habitude de rendre visite à son oncle à Sévaré, à l’occasion d’Achoura : « Tous les ans, je n’oublie jamais cette fête. Je vais avec mon balaie chez mon oncle. L’an passé, il m’a donné une somme de 5000 Fcfa et sa femme m’a aussi donné deux complets », a-t-elle déclaré.

Il convient de rappeler que cette fête intervient au Mali dans un contexte marqué par une tension entre certains leaders religieux, suite, à une plainte des jeunes de la communauté Ançardine contre l’imam Mohamed Traoré, 3ème vice-président du Haut Conseil Islamique du Mali (HCI) et l’Iman Ibrahim Diaby. Il reste à espérer que cette réjouissance cultuelle sera mise à profit pour ramener la cohésion entre les musulmans du Mali.

Andiè A. DARA

Source: Bamakonews

MaliwebReligion
Cette fête, qui, selon les ulémas, célèbre le souvenir de la victoire de Moussa sur Pharaon, est une occasion pour la communauté musulmane de multiplier les adorations d’Allah. En outre, elle a une dimension traditionnelle, fortement ancrée dans la culture malienne, car mise à profit par les nièces et...