Dans l’un des hadiths authentiques rapportés par différentes sources, il est relaté que le Guide de l’Islam (PSL) s’entretenant un jour de la foi avec des proches leur a déclaré que «les cœurs se rouillent comme le fer». Ses compagnons marquant leur étonnement lui demandèrent comment fallait-il procéder pour éviter un tel état de fait, ou rendre à l’organe vital son éclat, si jamais il se trouvait atteint. «Par la récitation du Coran et l’évocation de la mort», leur répondit le Messager.

Pour les exégètes, à travers cette brève assertion, se trouvait réaffirmé le rôle prépondérant du Texte sacré dans la vie quotidienne du fidèle musulman, et la nécessité pour lui d’y recourir aussi souvent que possible pour renforcer sa foi. L’étendue des domaines qu’il embrasse constituant pour l’humanité une source inépuisable d’inspiration et la concision de ses formulations appellent à la méditation. «Nous t’avons envoyé avec la vérité comme annonciateur et avertisseur. Il n’existe pas de communauté où ne soit passé un avertisseur» (35-24) est-il résumé notamment à propos du message divin et de son dernier porteur.

Évoquant les dispositions spirituelles fondamentales commandant à l’approche de ces Révélations coraniques, un théologien soulignera entre autres, l’adhésion au concept de l’unicité divine, l’adoption du comportement approprié avec la foi et le rappel constant de l’avènement inéluctable du Jugement dernier. En incitant à la découverte toujours plus approfondie du message, le théologien rappellera ce passage du Livre sacré : «Nous avons inspiré les prophètes dont nous t’avons déjà raconté l’histoire et les prophètes dont nous ne t’avons pas raconté l’histoire». (4-163).

De même, il se trouve contée dans les Révélations coraniques «l’histoire de peuples passés, à travers lesquels peut se percevoir le degré de proximité du genre humain avec le Texte sacré». Selon le théologien, il importe donc pour le fidèle musulman d’aller au-delà de la lecture littérale de ces textes, afin d’en appréhender correctement la place dans sa vie quotidienne et les dimensions qu’ils recouvrent.

Il est un rappel en ce sens : “En effet, Nous avons rendu le Coran facile pour la méditation. Y a-t-il quelqu’un pour réfléchir ? ” (54-17). Pour aider le fidèle dans cette approche, l’homme de religion fera référence à deux éléments qu’il qualifie d’essentiels dans la conception des philosophes occidentaux et qui sont omniprésents dans le Livre saint, le temps et l’espace. Ainsi pour lui «l’espace appelle le temps et le temps donne son sens à l’espace».

Soulignant que l’espace est empli de signes pour celui qui porte la foi, le théologien incitera le fidèle musulman à «se rappeler la manifestation du Tout-Puissant dans le présent de ces éléments, et se rappeler que la vie a son sens parce que le Seigneur attend tout être humain».

Et lorsqu’il se situe dans cette perspective, l’individu apprend à relativiser tous les phénomènes de sa vie ici-bas, et à les replacer dans leurs justes proportions. Ainsi : «Par ce Coran, le Seigneur guide aux chemins du salut ceux qui cherchent son agrément. Et il les fait sortir des ténèbres à la lumière par sa grâce». (5-16). Et les fidèles dans leurs suppliques quotidiennes, s’attachent à ces versets : “Seigneur ! Ne laisse pas dévier nos cœurs après que Tu nous aies guidés; et accorde-nous Ta miséricorde. C’est Toi, certes, le Grand Donateur !” (3-8)

A. K. Cissé

Source: L’Essor- Mali

MaliwebReligionReligion malienne
Dans l’un des hadiths authentiques rapportés par différentes sources, il est relaté que le Guide de l’Islam (PSL) s’entretenant un jour de la foi avec des proches leur a déclaré que «les cœurs se rouillent comme le fer». Ses compagnons marquant leur étonnement lui demandèrent comment fallait-il procéder pour...