Cette évaluation a permis de trouver des solutions appropriées aux difficultés rencontrées dans la mise en œuvre du Régime d’Assistance Médicale

 

Le mercredi 21 septembre dernier, la salle des réunions du ministère de la Santé et du Développement social a servi de cadre à la tenue d’un atelier de validation du rapport d’évaluation sur la mise en œuvre du Régime d’assistance médicale (RAMED). Initié et organisé par l’Agence nationale d’assistance médicale (ANAM), sous le leadership de son directeur général, Hameth Ben Amadou Traoré, l’atelier a bénéficié de l’appui financier de la représentation locale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). L’ouverture des travaux des retrouvailles entre experts du RAMED était présidée par Moussa Diawara, conseiller technique au ministre de la Santé.

Après les mots de bienvenue de l’adjointe du maire de la commune III,  Mme Bagayoko Aminata Sanogo, le représentant de l’OMS au Mali, Dr José Kuvula dira que les résultats de cette évaluation ont permis, d’une part d’apprécier l’effort de l’Etat dans sa quête d’assurer l’équité en matière de soins de santé. D’autre part ils auront servi à baliser des pistes pour une soutenabilité du régime. Ce qui prouve que l’OMS et les Partenaires techniques et financiers (PTF) accordent une certaine pérennité aux mécanismes de couverture santé universelle. De même, ils restent attentifs à l’amélioration de l’extension de la couverture du risque maladie.

Dans son discours d’ouverture, Moussa Diawara a, d’abord, rappelé que du démarrage officiel de ses activités en 2011 jusqu’à la fin 2021, près d’un million de bénéficiaires étaient immatriculés au RAMED. Avant d’ajouter que, de  janvier 2022 à ce jour, ces chiffres sont passés à plus de 2 millions.

Selon le conseiller technique du ministre, ces efforts et résultats ne doivent pas occulter les nombreux défis qui jonchent la mise en œuvre du RAMED, et qui se concentrent essentiellement dans le faible financement malgré les efforts perpétuels de l’Etat. C’est pourquoi, ces solutions qui requièrent l’accompagnement de tous les responsables impliqués à un niveau que ce soit, passent nécessairement par un diagnostic sans complaisance du régime.

A signaler qu’après une procédure transparente diligentée par l’OMS, le marché de ladite étude a été attribué au cabinet TM Consulting.

Diakalia M Dembélé

Source : 22 Septembre