Dans son rapport de vérification financière sur la gestion du centre hospitalier universitaire du Poind G, de 2018 à 2021 (30 juin), rendu public le 8 juin 2022, le bureau du vérificateur général accable le service de néphrologie.

 

Selon le rapport, la mission de vérification a constaté que le Chef du Service de néphrologie n’a pas pu justifier l’utilisation de 10 999 séances de dialyse correspondant à un écart entre le nombre de kits et solutions mis à sa disposition par le service de la pharmacie et le nombre de kits et solutions utilisés lors des séances de dialyse effectivement réalisées et communiquées par lui-même à l’équipe de vérification.

Sur la base des devis des marchés de la période sous revue, le montant de cet écart non justifié est de 377 449 430 FCFA. De plus, elle a constaté que le montant de 3 610 987 910 FCFA des trois marchés de kits et de solutions de dialyse passés au cours de la période sous revue a été intégralement payé alors qu’un stock de 84 756 consommables de dialyse était disponible chez le fournisseur à la date du 16 septembre 2021 en violation des principes des marchés à commande qui s’exécutent au fur et à mesure des expressions de besoins et de l’émission des bons de commande.

La valeur monétaire du stock disponible chez le fournisseur est de 194 314 660 FCFA. Le montant total des irrégularités sur les consommables de dialyse s’élève alors à 571 764 090 FCFA.

Source : L’Investigateur avec le Rapport du BVG

MaliwebCorruptionSanté
Dans son rapport de vérification financière sur la gestion du centre hospitalier universitaire du Poind G, de 2018 à 2021 (30 juin), rendu public le 8 juin 2022, le bureau du vérificateur général accable le service de néphrologie.   Selon le rapport, la mission de vérification a constaté que le Chef...