Quand les gouvernants sont laxistes, on leur reproche leur immobilisme,  lorsqu’ils décident d’agir par des décisions fortes, on se penche de  l’autre côté pour invoquer des excuses, voire des circonstances atténuantes.

Le problème de la gouvernance réside dans sa complexité déconcertante sinon quoi de plus normal de sanctionner les comportements et pratiques qui se situent aux antipodes de la légalité,  de l’éthique et des bonnes pratiques.

En effet, concernant la fermeture des 639 cliniques et cabinets médicaux, il faut saluer l’initiative et le courage politique qui la soutient. Cependant, la dotation des hôpitaux et centres de santé publics en équipements et en ressources humaines adéquates est indispensable pour soutenir la décision de fermeture des 646 cliniques opérant dans l’illégalité.

A défaut, le seul livrable ne peut être que le flot d’incertitude des citoyens usagers de ces cliniques et cabinets médicaux. En l’absence d’alternatives crédibles dans un processus de changement, la douleur est double autant chez l’acteur que chez le sujet. Dans ce contexte, la résistance apparaît comme l’unique réponse.

L’œil D’Horus

Source: Le Démocrate- Mali

MaliwebSanté
Quand les gouvernants sont laxistes, on leur reproche leur immobilisme,  lorsqu’ils décident d’agir par des décisions fortes, on se penche de  l’autre côté pour invoquer des excuses, voire des circonstances atténuantes. Le problème de la gouvernance réside dans sa complexité déconcertante sinon quoi de plus normal de sanctionner les comportements...