La dernière faitière des associations et organisations de santé communautaire, « l’Union Nationale des Associations de Santé Communautaire du Mali», en abrégé (UNASCOM), a été officiellement lancée ce mercredi 17 novembre 2021. C’était à la faveur d’un point de presse qui avait pour cadre la salle de conférence de l’Association de santé communautaire de Banconi (ASACOBA). Avec comme slogan «UNE AUTRE VISION», cette nouvelle faitière dont le siège est à Sogoniko, a pour objectif, selon ses responsables, de faire respecter et défendre les intérêts des Associations de Sante Communautaire et des Mutuelles de Santé…

 

Ce point de presse était animé le Président de l’UNASCOM, Aliou Dème BAH ; qui avait à ses côtés, le vice-président, Yachaou TRAORE ; le secrétaire général, Hamidou DIARRA ; ainsi que le trésorier général, Yacouba KONE.

L’UNASCOM, selon ses responsables, a pour objectif de faciliter le renforcement et l’ancrage institutionnel des acquis en matière de santé communautaire.
A travers la création de l’UNASCOM, il s’agit de partager le processus d’institutionnalisation de la santé communautaire ; partager les innovations et les interventions réussies en matière de couverture universelle maladie et/ou spécifiques en santé communautaire dans les domaines prioritaires ; discuter des modalités de financement alternatif de la santé communautaire.
De sa déclaration liminaire, Aliou Dème BAH, il ressort que la Fédération nationale des associations de santé communautaire du Mali (FENASCOM), créée en 1994 avec 44 ASACO, semble montrer ses limites et qu’une émulation est nécessaire pour redynamiser et apporter des innovations à la gestion concertée de la santé communautaire. Ce qui fait dire à M. BAH que sa faitière vient à point nommé pour consolider et promouvoir le système.
C’est pourquoi, il a présenté l’UNASCOM comme l’instrument d’une révolution socio-sanitaire dont les résultats seront tangibles. Selon lui, l’ère de la démocratie nouvelle, la décentralisation et la politique sectorielle de santé représentent un formidable espoir pour la santé communautaire au Mali.
Il a souligné que le désengagement de l’Etat, face à la crise économique généralisée dans les années 1970 à 1980, s’est soldé par une sous-fréquentation des formations sanitaires publiques qui ne répondaient plus à leurs attentes.
Face à cette réalité, il a rappelé que la fin des années 1980 a vu différentes expériences de «recouvrement des coûts», payement direct par les ménages se développer dans le pays, suivant le principe de la prise en charge par les communautés elles-mêmes de leur propre santé.
Une mobilisation sociale particulièrement forte s’en est suivie jusqu’à partir de 1986 aboutissant à la naissance en juillet 1988, de la première association de santé communautaire de Banconi dénommée ASACOBA.
Pour lui, l’aboutissement de cette dynamique communautaire dans le quartier de Banconi s’est traduit par une bonne fréquentation de la nouvelle formation sanitaire ainsi créée, ouvrant ainsi la possibilité d’extension à d’autres populations du district de Bamako, puis progressivement à l’ensemble du pays.
Fort de la réussite de cette expérience, le gouvernement malien adoptait en décembre 1990 la Déclaration de politique sectorielle de santé, faisant de cette initiative, la stratégie nationale de développement de la santé.
Pour lui, l’avènement de la santé communautaire a eu le mérite d’asseoir un meilleur accès des plus démunis aux soins de santé de qualité à un coût abordable.
Afin de renforcer cette dynamique et de permettre des échanges d’expériences avec des pays de la sous-région, l’UNASCOM et ses partenaires se proposent d’organiser une assemblée générale constitutive de l’Union Nationale des Associations de la Santé Communautaire du Mali les 15 et 16 septembre 2021.

Par Abdoulaye OUATTARA

Source : Info-Matin

MaliwebSanté
La dernière faitière des associations et organisations de santé communautaire, « l’Union Nationale des Associations de Santé Communautaire du Mali», en abrégé (UNASCOM), a été officiellement lancée ce mercredi 17 novembre 2021. C’était à la faveur d’un point de presse qui avait pour cadre la salle de conférence de...