Contrôlée et souvent taboue, la sexualité des adolescents et jeunes alimente des fantasmes, qui portent atteinte aux droits à la santé reproductive.

 

Le manque d’informations fiables sur la sexualité et la reproduction (SR) est un obstacle majeur à l’épanouissement sexuel de la couche juvénile. Pratiquement, toutes les sociétés imposent certaines formes de restrictions légales, religieuses, politiques, sociales ou économiques, à divers aspects de la SR. Si certains leaders religieux ont grandement contribué à la cause, d’autres par contre, ont plutôt des difficultés à avoir la bonne information, mais aussi à se libérer de normes religieuses, souvent contraires aux droits à la santé sexuelle.

Il est important de savoir que la santé et les droits en matière de sexualité et de reproduction (SDSR) constituent des droits, mais aussi des libertés. Chaque adolescent ou jeune est donc libre de faire le choix de vie sexuelle qui lui plait, même s’il se révèle assez souvent que ces derniers subissent l’influence des adultes.

Le contrôle de la sexualité des adolescents persiste encore dans une société toujours patriarcale. Ce besoin de contrôle facilite l’une des pratiques courantes et préjudiciables comme : les unions et mariages d’enfants précoces et forcés.

Sexualité précoce

La période de l’adolescence est le début de grands changements corporels, mais aussi une période où naissent de nouvelles formes de vulnérabilités. Celles-ci sont parfois liées à la violation des droits de la personne à la sexualité, au mariage ou à la grossesse.

Ces millions d’adolescent.es poussé.es contre leur volonté, aux relations sexuelles non désirées, pas librement consenties, au mariage forcé, sont en proie aux grossesses non désirées, aux avortements, aux accouchements à risque et exposés aux infections sexuellement transmissibles (IST).

Déjà, les jeunes ont des difficultés à trouver la bonne information et savoir la décision à prendre sur la SR. Les leaders d’opinion, religieux et coutumiers doivent dès lors se positionner comme des vecteurs d’impacts positifs, au lieu d’être un frein à l’épanouissement sexuel des adolescents.

Possibilité de choisir

Autant la convention relative aux droits de l’enfant reconnait le droit de l’enfant à jouir du niveau de santé le plus élevé que l’on puisse atteindre, autant la sexualité et la santé de la reproduction des adolescents doivent être défendues. Il faut allier l’éducation sexuelle complète par des services compétents à la disponibilité d’informations correctes afin d’aider à prévenir, diagnostiquer et traiter au mieux, les IST. Cela consiste aussi à donner des conseils en matière de planification familiale afin de garantir aux adolescents, une vie sexuelle et reproductive épanouie.

Par ailleurs, les leaders d’opinion, coutumiers et religieux doivent s’émanciper des normes anciennes qui entravent le droit des plus jeunes. Ils doivent encourager les parents à adopter une position qui offre à leurs enfants, la possibilité de choisir : le droit de retarder leur mariage ou le refus des avances sexuelles non désirées.

Source : Benbere

MaliwebSantéSexualité
Contrôlée et souvent taboue, la sexualité des adolescents et jeunes alimente des fantasmes, qui portent atteinte aux droits à la santé reproductive.   Le manque d’informations fiables sur la sexualité et la reproduction (SR) est un obstacle majeur à l’épanouissement sexuel de la couche juvénile. Pratiquement, toutes les sociétés imposent certaines...