A la demande des autorités de la transition, « l’ONG Santé Diabète » a suspendu ses activités au Mali. Cette suspension sera un coup dur pour les diabétiques car ladite ONG joue un rôle capital dans la lutte contre la maladie dans notre pays, surtout dans le domaine de la prévention et du traitement.

 

Les activités de l’ONG Santé Diabète s’articulaient autour de six prioritaires à savoir : la prévention primaire pour réduire le poids humain et économique de la progression de la maladie, la prévention de la maladie de Covid-19 auprès des personnes atteintes de diabète et la décentralisation des soins pour garantir l’accessibilité géographique des populations à une prise en charge de qualité.

A ceux-là s’ajoutent la prévention secondaire et tertiaire éducation thérapeutique” pour réduire le fardeau de complications dues au diabète, la réduction des coûts de prise en charge pour l’accessibilité géographique des populations à une prise en charge de qualité et la participation active des patients et de leurs familles à travers leurs associations en promouvant les mécanismes d’autogestion et de plaidoyer leur permettant ainsi la défense de leurs droits.

Depuis plusieurs années, l’ONG se bat pour une bonne amélioration de la prise en charge et des conditions de vie des personnes atteintes de diabète. Ce combat a permis la mise en place d’une politique/stratégie/plan d’action opérationnelle pour le diabète, la disponibilité d’une politique/stratégie/plan d’action opérationnelle pour réduire la sédentarité, la disponibilité des directives/protocoles normes nationales reposants sur des données probantes pour le diabète 1, la disponibilité des critères standards pour faire passer les patients du niveau des soins santé primaires à un niveau plus élevé et la disponibilité des registres du diabète pour les consultations.

Sur financement de l’ONG, un service de médecine et d’endocrinologie a été renforcé à l’hôpital du Mali, personnel formé inscrit dans un processus de formation médical continue,  29 endocrinologues et 42 diabétologues maliens ont été formés.

Grâce à l’appui de l’ONG Santé Diabète, 36 centres de consultation du diabète ont été ouverts dans 7 régions et le district de Bamako, repartis entre 13 sites prenant en charge plus de 20 000 patients grâce à la formation de 32 médecins. Il y a eu aussi la formation de 750 médecins et paramédicaux dans les autres structures sanitaires et à ce jour, la formation de 165 professionnels de santé programmé était en cours.

Aussi, 10 pédiatres ont été formés sur la prise en charge du diabète chez les enfants et les adolescents et 14 médecins et 14 infirmiers formés sur la prise en charge du diabète chez les enfants et les adolescents.

L’ONG a participé également à la baisse des prix de l’insuline de 48% (de 6200 FCFA à 3800 FCFA), à la division des prix des antidiabétiques oraux par 10 (d’une moyenne de 3000 FCF à 300f CFA le mois de traitement) et à la prise en charge de 1249 enfants atteints de diabète de type 1 à l’hôpital du Mali et dans 10 autres sites à travers le pays.

Avec la suspension des activités de « l’ONG Santé Diabète », en plus du chômage du personnel que cela engendrera, ce sont des centaines de diabétiques qui manqueront de soutien et d’accompagnement, surtout de médicaments si rien n’est fait par l’Etat. Une pilule amère pour les malades.

Adama DAO

Source : Tjikan