Plus de 200 concessions, construites ou en voix de construction, sont aujourd’hui menacées de destruction à Dougourakoro cité, dans la commune rurale de Baguinéda. Plus de 200 citoyens sont confrontés à trois, supposés détenteurs de titres fonciers, qui menacent de casser leurs concessions.

manoeuvre maçon ouvrier construction maison foncier fondation developpement sahel fds sadiola mine orpaillage

« Il y a bientôt 7 ans que dure l’affaire foncière de Dougourakoro cité. Entre 2002 et 2003, nous sommes des centaines de citoyens maliens  qui ont acquis nos parcelles en bonne et due forme auprès de la Mairie de Banguinéda qui venait de morceler les terres du village de Dougourakoro, en accord avec les propriétaires terriens. Alors que nous sommes installés sur cet espace par le fait de la Mairie depuis 2002 pour certains et 2003 pour d’autres, c’est en 2007, que nous avions eu la désagréable surprise de voir un certain Cheick Amidou Traoré, venir nous brandir un titre foncier qu’il venait de faire établir la même année du fait du Gouverneur Issa Tapo, alors Gouverneur de Koulikoro ». Ces propos ont été tenus par Chaka Traoré, secrétaire général de l’Association de développement de Dougourakoro cité, le 17 août 2014, lors d’une assemblée générale, présidée par Soungalo Koné, Président de l’Union des associations et coopératives pour la défense des droits des démunis (UACDDDD). Avant d’ajouter qu’en plus de Cheick Amidou Traoré qui a brandit un titre foncier portant sur 5 ha, Lassana Diakité et un certain « Piment » y revendiquent aussi des titres fonciers portant respectivement  sur 5 ha et 15 ha.  Mais, si Lassana Diakité et « Piment » menacent les propriétaires de destruction de leurs concessions, s’ils ne payent pas individuellement 3 à 4 millions de FCFA, pour espérer être les propriétaires définitifs, Cheick Amidou Traoré est passé à l’offensive. « Sur la base de son titre foncier obtenu dans des circonstances douteuses, il a intenté un procès contre 14 habitants de Dougourakoro Cité.  Prétextant d’avoir gagné son procès, sans sommation et sans aucune forme d’avertissement, il a débarqué le 5 décembre 2013, avec des bulldozers pour casser 57 concessions à Dougourakoro Cité et jeter des familles entières dans la rue », a indiqué Chaka Traoré. Avant de dire qu’il a commis l’imprudence de faire casser trois concessions qui n’étaient pas comprises dans son titre foncier qu’il a qualifié de  farfelu. « Nous avions estimé que nous avons été victimes des agissements de Cheick Amidou Traoré et nous avons porté plainte contre lui, en même temps que Oumar le trésorier général de notre association dont la maison a été cassée », a-t-il indiqué. Avant de dire que le 4 août 2014, le tribunal devait rendre son délibéré dans cette affaire. « Nous avions été heureux d’assister à la victoire de Oumar sur le spéculateur Cheick Amidou Traoré. Le tribunal a condamné Cheick Amidou Traoeé à lui payer la somme de 21 millions de FCFA. Mais, nous avions été malheureux et très inquiets du fait que le tribunal ait décidé de renvoyer le gros dossier pour le 25 août 2014 », a indiqué Chiaka Traoré. « Malgré tout, nous sommes très confiant de notre victoire dans ce procès contre les professionnels de la spéculation foncière. Pour la même faute, Cheick Amidou Traoré a été condamné, donc, nous avons un bon espoir pour le 25 août 2014, date de notre délibéré », a-t-il indiqué. Avant d’indiquer que leur souhait est de voir le dossier de Dougourakoro servir d’exemple à tous les spéculateurs fonciers du Mali. « Il faut que la justice malienne en laquelle nous avons entièrement confiance se dresse contre les spéculateurs fonciers du Mali », a-t-il déclaré.

Pour manifester leur soutien aux actions de la justice malienne contre les spéculateurs fonciers, Soungalo Koné, Président de  l’UACDDDD, composée de 178 associations, a annoncé une grande marche pacifique pour le 2 septembre 2014. « La marche qui partira de la bourse du travail pour prendre fin au ministère de la justice, sera une belle occasion pour nous de soutenir les actions de renouveau de la justice malienne par le ministre Mahamed Aly Bathily », a-t-il conclu.

Assane Koné

kanteSociété
Plus de 200 concessions, construites ou en voix de construction, sont aujourd’hui menacées de destruction à Dougourakoro cité, dans la commune rurale de Baguinéda. Plus de 200 citoyens sont confrontés à trois, supposés détenteurs de titres fonciers, qui menacent de casser leurs concessions. « Il y a bientôt 7 ans que...