Dans la mouvance de la cérémonie de réparation symbolique des préjudices subis par les victimes du crime de guerre commis par Ahmad Al Faqi Al Mahdi dans la cité des 333 Saints (Tombouctou) par le Fonds au Profit des Victimes de la CPI (FPV), le ministère de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme a érigé une stèle au nom des Victimes du Terrorisme, dénommée ‘’Place des Victimes du Terrorisme’’  au Musée National de Bamako. La cérémonie d’inauguration de ce monument  a eu lieu le jeudi 1er Avril sous la présidence du président de la Transition,SEM. Bah N’Daw avec à ses côtés la ministre de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme, Mme Kadiatou Konaré, la présidente du FPV Mme Doumbia Mama Koïté et son directeur exécutif, M. Pieter W.I. De Baan.

Cette stèle, est une œuvre de l’architecte Mamadou Koné. Elle est illustrée par un tableau d’Art intitulée ’’Non au fanatisme religieux’’ du plasticien Abdoulaye Konaté. Son inauguration s’est tenue en marge de la cérémonie de remise de l’euro symbolique au Mali et à la Communauté Internationale, organisée conjointement par le Gouvernement du Mali et le Fonds au Profit des Victimes près la Cour Pénale Internationale, le 20 mars dernier dans la capitale malienne.

L’inauguration de cette stèle dédiée aux victimes du Terrorisme a été effectuée à travers la levée de voile par le président de la Transition, Chef de l’Etat, SEM. Bah N’Daw. L’assistance a eu droit au descriptif de l’œuvre par son créateur, M. Mamadou Koné.

L’occasion pour la Ministre Konaré de mettre l’évènement dans son réel contexte. C’est-à-dire l’initiative de son département à donner une dimension culturelle plus durable à la cérémonie de remise de l’euro symbolique de réparation des préjudices subis par les victimes du terrorisme par le Fonds au Profit des Victimes de la CPI.

« Voilà que le hasard me fait franchir la galerie d’Abdoulaye Konaté et je tombe sur ce tableau. J’étais vraiment saisie par l’expression humaniste et esthétique de l’artiste. Et comme une évidence, l’idée de la place s’est installée, à savoir une place composée d’une stèle en hommage aux martyrs et victimes du terrorisme. Mais également ce tableau qui dit non au terrorisme » a fait savoir Mme le ministre.

Pour elle, c’est là une façon pour eux de témoigner de l’engagement des Hommes de Culture contre toute forme d’extrémisme violent. Cela grâce à un partenariat public-privé avec la Fondation SAER pour la donation du tableau. Par ailleurs, selon la ministre chargée de la Culture, l’Artisanat et du Tourisme, cette stèle véhicule un message d’union, de fraternité, de paix et surtout l’appel à préserver la mémoire.

En sa qualité de la présidente du FPV, Doumbia Mama Koïta a exprimé  sa satisfaction et ses remerciements face à cette action gouvernementale, particulièrement du ministère de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme. Selon elle, il s’agit d’un signal fort du gouvernement malien de travailler non seulement à donner une réponse et de réparation aux victimes, mais aussi de travailler par rapport à la justice. « Vous savez qu’il n y a pas de paix sans justice, c’est pourquoi nous avons au niveau du FPV, demandé à ce que le gouvernement prenne ses responsabilités par rapport à la crise que nous vivons » dit-elle.

Elle a profité de l’occasion pour donner l’information que la justice internationale est en train de faire son travail pour  le cas d’Al Faqi Al Mahdi, également, qu’Al Assane est actuellement devant la CPI et répondra à beaucoup de chefs d’accusation. Pour cela, ils sont à l’attente.

D’après elle, ils sont là pour les réparations symboliques, mais derrière celles-ci, qu’il y a beaucoup d’autres choses qui sont en train de se faire dans ce cadre. En commençant par les réparations individuelles des propriétaires de mausolées et de cimetières de Tombouctou qui sont au nombre de 1000 personnes, s’en suivront la réparation collective.

Par Mariam SISSOKO 

Source: Le Sursaut- Mali

Maliwebmaliweb netSociété
Dans la mouvance de la cérémonie de réparation symbolique des préjudices subis par les victimes du crime de guerre commis par Ahmad Al Faqi Al Mahdi dans la cité des 333 Saints (Tombouctou) par le Fonds au Profit des Victimes de la CPI (FPV), le ministère de la Culture,...