Les responsables du Haut conseil islamique du Mali (HCIM) ont animé, ce mardi 31 mai 2022, un point de presse sur la réglementation des prêches et de la gestion des conflits dans les mosquées.  L’objectif de cette rencontre avec les hommes de média, selon ses initiateurs, était d’informer l’opinion nationale et internationale que le HCIM a mis en place, il y a deux semaines de cela, une commission de réflexion sur la réglementation des prêches et la gestion des conflits dans les mosquées au Mali.

 

Ce point de presse était animé par le premier vice-président du HICIM, Ibrahim KONTAO ; qui avait à ses côtés, Mohamed TRAORÉ et Mohamed Macki BAH, tous vice-présidents de l’institution ; le secrétaire général du HCIM, le Dr Mamadou DIAMOUTANI, etc.

À en croire les conférenciers, cette initiative fait suite aux constats faits par les responsables de la plus grande faîtière de la foi musulmane au Mali, de la dégradation et la détérioration de la situation, dans nos mosquées, et la violence dans les prêches.

Aujourd’hui, ont-ils fait savoir, beaucoup de mosquées sont fermées à Bamako et à travers le pays à cause des malentendus entre les fidèles.

À cela s’ajoutent aujourd’hui les attaques verbales entre les prêcheurs sur les réseaux sociaux, dans les sermons, lors des différentes prières dans les mosquées.

Ainsi, pour mettre fin aux dérives dans les prêches et pacifier les enceintes des mosquées, le HCIM a mis en place une commission de réflexions sur la réglementation de ce secteur.

Pour la commission, il s’agit de se pencher sur les mesures législatives à prendre pour la gestion des conflits liés au fonctionnement des mosquées.

Il s’agit aussi d’amener les prêcheurs et les prédicateurs à respecter les principes de l’islam dans les prêches, autrement appelé Dawa, en arabe.

À travers cette sortie médiatique, il s’agissait également pour les responsables du HCIM de couper court aux rumeurs faisant état d’une intervention de l’État dans le champ religieux, en imposant des textes à la communauté musulmane.

Pour Habib KANE, secrétaire à la communication du HCIM, ce n’est- pas le cas aujourd’hui.

«Aucun texte n’est parvenu au HCIM de la part des autorités», a-t-il tranché.

De même, a-t-il expliqué, le HCIM n’entend pas imposer de textes à la communauté musulmane.

De son propos, il ressort que c’est chacune des composantes du HCIM qui va contribuer à l’élaboration d’un cadre de réglementation des prêches et des conflits dans les mosquées.

«Ça sera un document consensuel qui sera partagé avec tout le monde », a-t-il confié aux médias à l’issue du point de presse.

Dans son intervention, le secrétaire général du HCIM, Mamadou DIAMOUTANI, a souligné que ces derniers temps, il n’est un secret pour personne que les prêches ont connu une déviation. Il en est de même pour les conflits dans les mosquées où les comités de gestion sont traversés par des tiraillements allant jusqu’à la fermeture de certaines mosquées souvent suivies de l’emprisonnement de l’imam.

Le HCIM, selon son secrétaire général, a estimé que face à cette préoccupation qu’il partage avec les autorités administratives, les pouvoirs publics que les prêches sont en train de dévier de leur cadre, de leur bonne façon d’être faite.

C’est pour toutes ces raisons que le HICM a mis en place une commission chargée de réfléchir sur ces deux problématiques. Cette commission, a-t-il fait savoir, a été élargie aux grandes associations islamiques du Mali membres du HCIM.

Au terme de deux semaines de travail, la commission, dit-il, a produit un document qui va être soumis à l’appréciation des démembrements du HICM dans les régions.

En terme clair, il s’agit de produire un document consensuel qui va être soumis à la réflexion de toute la Umma islamique du Mali. Lequel document, une fois finalisé, va être remis aux plus hautes autorités du pays, pour qu’ensemble, un code de conduite puisse être élaboré sur une façon consensuelle de gestion des mosquées au Mali.

«C’est ce travail qui est en cours. Et, Inch Allah, dans les très prochains jours, il y aura un atelier national pour validation du document produit par la commission de réflexion du HCIM», a-t-il précisé.

Le but, selon ses explications, est d’arriver à faire en sorte que la paix et la cohésion sociale soient renforcées dans notre pays par ces temps qui courent.

«Aujourd’hui, le Mali et les Maliens ont besoin d’une seule et d’une même voix. Aujourd’hui, nous sommes soucieux de la quiétude dans ce pays», a-t-il prêché.

Avant de terminer, il a fait savoir qu’à la date d’aujourd’hui, il n’y a pas un document élaboré, proposé par les autorités au HCIM. Au contraire, a-t-il insisté, c’est le HCIM qui propose un document aux autorités pour être adopté comme cadre légal pour l’exercice des prêches et la gestion des mosquées.

Par Abdoulaye OUATTARA

Source : Info-Matin

MaliwebReligionSociété
Les responsables du Haut conseil islamique du Mali (HCIM) ont animé, ce mardi 31 mai 2022, un point de presse sur la réglementation des prêches et de la gestion des conflits dans les mosquées.  L’objectif de cette rencontre avec les hommes de média, selon ses initiateurs, était d’informer l’opinion nationale...