La première Session extraordinaire de la 6èmemandature du CESC s’est tenue du 22 au 26 novembre 2021 et principalement axée sur la finalisation et l’adoption du Recueil annuel 2021 des attentes, des besoins et des problèmes des populations. Un document finalisé et adopté par les participants de cette session extraordinaire sous la présidence de M. Yacouba Katilé, président du Conseil Economique, Social et Culturel.

La salle de réunion du Conseil économique social et culturel (CESC) a abrité du lundi 22 au vendredi 26 novembre 2021, les travaux de la 1ère session extraordinaire de sa 6ème mandature. La cérémonie d’ouverture de la session extraordinaire présidée par M. Yacouba Katilé, président du Conseil économique social et culturel, s’est déroulée en présence du Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga, du président du Conseil économique, social et culturel du Niger (CESOC), Malam Ligari Maïrou, du Ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des Réformes politiques et institutionnelles et bien d’autres invités. La présente session était consacrée à la finalisation et l’adoption du Recueil annuel 2021 des attentes, des besoins et des problèmes de la société civile.

Dans son discours, le président du CESC, YacoubaKatilé, a indiqué que la présente session a pour but de faire le bilan d’exercice de quatre mi-activités réalisées, entre autres, sur le plan institutionnel, des reformes administratives et institutionnelles, de la Coopération internationale.

Sur le plan institutionnel, il a souligné que dans la perspective du raffermissement des liens de collaboration avec les différentes institutions constitutionnelles, les missions ont rendu une série de visites à l’endroit des autorités et des responsables d’institutions pour recueillir des conseils qui ont été donnés et qui constituent des orientations pertinentes sur le climat sociopolitique du Mali, de mieux cerner les défis et les enjeux de l’heure. Sur le plan des reformes administratives et institutionnelles, explique-t-il, après plus de 20 ans d’exercice, les membres du CESC sont arrivés au constat d’une nécessité d’aller vers de profondes réformes afin de rendre cette institution plus inclusive, plus participative à la résolution des problèmes du pays, des populations.

Sur le plan de la Coopération internationale, selon Yacouba Katilé, le CESC a eu l’immense honneur de conduire une délégation de l’institution du 24 au 28 octobre 2021, à Abidjan, en Côte d’Ivoire pour prendre part à l’Assemblée générale couplée avec le Conseil d’administration de l’Association internationale des Conseils économiques et sociaux et institutions similaires (AICESIS).

Par ailleurs, il a indiqué que conformément aux dispositions de l’article 107 de la constitution, relatives à la collecte et à l’élaboration du Recueil annuel des attentes, des besoins et des problèmes de la société civile, des missions du Conseil économique, social et culturel ont sillonné, du 24 septembre au 8 octobre 2021, les régions administratives du Mali. Il s’agit, selon lui, de Kayes, Nioro du Sahel, Kita, Koulikoro, Dioila, Sikasso, Bougouni, Ségou, Koutiala, Mopti, San, Tombouctou, Taoudéni, Gao, Ménaka, ainsi que les six communes du district de Bamako.

Pour lui, les membres du CSEC ont également rencontré nos compatriotes établis à l’extérieur afin de recenser leurs attentes, besoins et problèmes.

Pour la zone Europe, dira-t-il, les missions ont été en France, Espagne, Allemagne et Belgique. Une autre délégation de l’institution s’est rendue dans certains pays africains où réside une forte concentration de maliennes et maliens. Il s’agit notamment de la Mauritanie, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, du Congo Brazzaville et du Cameroun, a-t-il dit. 

En outre, M. Katilé a également évoqué les Assises Nationales de la Refondation, qui doivent être un rendez-vous pour les maliens de toute obédience.

Prenant la parole au cours de cette cérémonie le Président du Conseil Économique, Social et Culturel du Niger, M. Mallam Ligari a indiqué que les Conseil Économiques, Sociaux et Culturels, constituent des outils fondamentaux d’éveil stratégique pour le développement de nos pays.

Pour lui, les Conseils économiques sociaux et culturels constituent en tant que forces vives de la nation, un creuset de réflexion et d’analyse prospective, qui leur permettent d’être des acteurs majeurs pour le développement.

Le Premier ministre a, quant à lui, appelé les Maliens à un sursaut national pour permettre au pays de sortir de cette situation.  Pour lui, les Maliens doivent se donner les mains parce que nous avons des vents contraires puissants qui cherchent à nous déstabiliser. Le Premier ministre Dr Choguel Kokalla Maïga a remercié le CESC du Mali pour la tenue de cette session. En conclusion, il se dit optimiste quant à l’avenir du pays. 

Youssouf Sangaré

Source : Le Malien

MaliwebSociété
La première Session extraordinaire de la 6èmemandature du CESC s’est tenue du 22 au 26 novembre 2021 et principalement axée sur la finalisation et l’adoption du Recueil annuel 2021 des attentes, des besoins et des problèmes des populations. Un document finalisé et adopté par les participants de cette session...