La société peulh étant une des plus hiérarchisées d’Afrique. Le système de castes est plus complexe que celui existant chez d’autres ethnies de la région, comme chez les Touaregs ou les Maures.

 

Les Peuls, appelés aussi Foulani, Fulbhés, Fulfulde, Pular ou encore Fellata selon les pays, sont un peuple traditionnellement pasteur établi dans toute l’Afrique de l’Ouest et au-delà la bande sahélo-saharienne, soit au total une quinzaine de pays différents et pour un total estimé entre 25 et 65 millions de personnes selon les critères retenus. Particulièrement nombreux au Nigeria, au Niger, dans le nord et ouest du Cameroun, au Mali, au Sénégal, en Mauritanie et en Guinée, ils sont également présents au Tchad, en Gambie, au Burkina Faso, au Bénin, en Guinée-Bissau, en Sierra Leone, au Ghana, en Côte d’Ivoire, au Togo et au Soudan. Ils sont souvent minoritaires, à l’exception de la Guinée, où ils représentent la communauté la plus importante du pays avec 53,4 % de la population. Leur dispersion et leur mobilité a favorisé les échanges et les métissages avec d’autres populations subsahariennes. Le socle de leur identité est toutefois la religion musulmane, la compétence pastorale, une tendance à l’endogamie et la langue peule. Ils comptent, en tout état de cause, de multiples groupes.

Il y a également des communautés importantes au Mali surtout dans la région de Mopti, notamment dans le Macina (cercles de Tenenkou,Djenné,Mopti et Youwarou)et constituent la deuxième ethnie après les Bambaras. On distingue ainsi chez les Peuls nomades les Seedoobe (du Mali), Weiheebe de l’Hayre les Djelgobe (venus du Burkina Faso) et surtout les Toleebe (venus du Niger) On ne saurait caractériser ce peuple sans évoquer son rapport à la langue, son nomadisme, et par conséquent son métissage. Les hommes peuls nomades portent une tunique, le bolare, de couleur brune qui arrive à mi-mollet, un bâton, un chapeau de paille conique, un tablier de cuir, des boucles d’oreille. Ils ont la tête enturbannée, comparable au taguelmoust des Touaregs, et portent un pantalon bouffant. Le chapeau conique (typiquement peul) est porté, et souvent y est accrochée une plume d’autruche. Les talismans ou gris-gris, sont portés pour se protéger des djinns. Les femmes portent le pagne, bleu indigo, et le boubou de couleur très foncée, parfois noire. Les Peuls sont un peuple à cheveux longs, lisses à ondulés permettant un type de coiffure particulier où les cheveux sont ramenés sur le sommet du crâne, formant une coiffure en “gourde” célèbre chez les Wodaabe et les Bororos.  Les traditions orales ou écrites recueillies auprès des Peuls mentionnent pour la plupart autour d’une union entre Oqba, l’Arabe, et Tadjimaou, la princesse noire. Ces deux personnages auraient engendré quatre enfants, les ancêtres des quatre clans peuls : Barry (ou Sangare), Diallo (ou Kane), Sow (ou Sidibe), Bah (ou Balde ou Diakhite). Cette origine est tout à fait incertaine, Oqba s’identifiant probablement à Oqba ibn Nafi, le conquérant arabe mort en 683, qui n’a jamais traversé la totalité du Sahara. Cette ascendance permet en revanche aux Peuls islamisés de revendiquer des racines arabes prestigieuses

La plupart des Peuls en milieu rural sont essentiellement éleveurs et leur mode de vie est rythmé par les besoins saisonniers de l’élevage. La vache tient une grande place, non seulement dans l’alimentation et l’économie des ménages, mais aussi dans les relations sociales et dans la mythologie. La colonisation a entraîné une sorte de confusion sur l’économie pastorale. La vache fut considérée comme un animal de prestige par les Occidentaux puisque chaque famille tentait d’en avoir le plus possible et refusait de s’en séparer comme bêtes à viande, c’est-à-dire d’entrer dans une « économie rationnelle », de marché.

Les Peuls sont endogames semi-agnatiques (filiation se fait par les mâles). La femme n’est pas voilée et il n’y a pas de lévirat (cas où la veuve doit épouser le frère de son mari défunt). Il existe quatre types de mariages traditionnels Peuls avec quatre divorces correspondants : Le premier mariage est décidé par les parents ; ce mariage (dewgal) a lieu vers 21 ans ; Le deuxième après un divorce ou un veuvage ; Le troisième, le « mariage-don » (politique) ; le culnol, concubinage d’un noble avec une kordo, femme de condition servile. Un cinquième mariage islamique a été rajouté aux alentours du XVIe siècle. La transmission orale des traditions et des légendes est très importante chez les Peuls. Enseignée auprès des adolescents par les personnes les plus âgées et en particulier les femmes par le moyen de chants, de comptines. La langue est encore essentiellement orale et transmise par les femmes. Elles véhiculent l’histoire du peuple, ses exploits, ses rites et ses vertus. Goût prononcé pour les langues, la poésie, les louanges, les épopées (joutes verbales : Kirlé  au plur. ; Hiirdé au sing.), développement d’une littérature. Dans cette transmission orale des traditions, n’oublions pas de mentionner le rôle important que jouent les griots (historiens). La plupart des Peuls sont polyglottes. La beauté est recherchée, la probité, la sagesse, l’intelligence et la discrétion figurent parmi les règles à suivre du pulaaku, ces règles souples régissant la « pulanité ».

 

Oumou SISSOKO

Source : L’Alternance