Le Bureau de coordination des associations des déguerpis de Niamakoro-Diallobougou a aminé, ce dimanche 31 juillet, une conférence de presse pour apporter certaines précisions et interpeller les autorités sur leur situation qui dure depuis 28 ans. Cette conférence de presse fait suite à la sortie médiatique d’un regroupement qui se réclame également des déguerpis de Niamakoro-Diallobougou. Une sortie au cours de laquelle les autorités de la transition ont été copieusement maltraitées par les responsables dudit regroupement. C’est pourquoi la Coordination des associations des déguerpis de Niamakoro-Diallobougou a aminé cette conférence de presse pour se désolidariser desdites déclarations et exprimer son soutien aux autorités de la Transition qui ont pris leur préoccupation en main avec la mise en place d’une commission d’enquête.

 

Dans son intervention, le représentant du chef de village de Niamakoro, Amadou DIARRA, a réitéré le soutien des notables du quartier à cette lutte. Il a rappelé que depuis 1994 les victimes de la démolition de Niamakoro-Diallobougou étaient dans cette lutte. Le représentant du chef de village a interpellé les autorités à prendre ce problème au sérieux, avant de remercier le Premier ministre Choguel Kokalla MAIGA pour sa bonne volonté manifestée à l’endroit des déguerpis.

Selon Amadou DIARRA, le chef du gouvernement a mis en place une Commission d’enquête sur les occupations et les démolitions de la zone aéroportuaire de Bamako-Sénou. Une initiative qui vise à trouver une solution à ce problème qui dure depuis des décennies.

« Celui qui trouvera une solution à ce problème sera considéré par les victimes comme un Messie. Nous veillerons à ce qu’aucune construction ne soit faite sur le site jusqu’à la résolution du problème », a affirmé le représentant du chef de village de Niamakoro.

Le représentant du chef de village de Faladiè, Banne TOURE, a indiqué qu’une association a été mise en place pour détourner la lutte de la Coordination des associations des déguerpis de Niamakoro-Diallobougou à des fins personnelles. À en croire M. TOURE, cette association n’est pas reconnue par les autorités. Malis, déplore-t-il, à chaque rencontre avec les autorités ses responsables débarquent sans être invités.

« Ils avaient décidé d’organiser une marche au nom des déguerpis pour dénoncer les autorités, alors que cela n’est pas notre vision. Il a été notifié à Soufi Bilal que sa maison sera démolie. C’est pourquoi il est en train de mobiliser des gens pour sa cause. Nous ne nous reconnaissons pas dans leur lutte. Ils veulent tout simplement ternir l’image des autorités pour leur cause personnelle », a expliqué le représentant du chef de village de Faladiè.

Il n’a pas manqué d’exprimer le soutien des déguerpis aux autorités de la transition tout en rassurant qu’aucune action ne sera posée par les déguerpis pour ternir leur image. Surtout au moment où le gouvernement a décidé de s’impliquer pour tirer les choses au clair.

À son tour, le porte-parole du bureau de Coordination des associations des déguerpis de Niamakoro Diallobougou, Nanko Boubacar SAMAKE, a précisé que cette conférence de presse a été organisée pour dénoncer les agissements de la plateforme de Soufi Bilal qui prétend agir au nom des déguerpis de Niamakoro-Diallobougou.

‘’Lors d’une sortie médiatique, ils ont dénoncé et maudit les autorités en notre nom. Ils disent tout sauf la vérité car ils défendent des intérêts personnels’’, a souligné Nanko Boubacar SAMAKE.

Le porte-parole a rappelé que depuis 1995 les déguerpis de Niamakoro-Diallobougou cherchaient à être dédommagé, sans succès. Selon lui, à Niamakoro seulement il y a eu 4 712 familles déguerpies. Le conférencier a précisé que certains ont été recasés au quartier Niamakoro Courani.

‘’Il n’y aucune preuve que le quartier Niamakoro Courani a été donné aux déguerpis. Seulement 1005 personnes ont été réinstallées dans ce quartier. Nous avons demandé aux autorités de faire un audit, mais rien n’a été fait dans ce sens. Jusqu’à présent l’on demande la preuve que tous les déguerpis ont été dédommagés’’, a déclaré Nanko Boubacar SAMAKE, avant d’exprimer son mécontentement à ceux qui font croire que tous les déguerpis ont été dédommagés.

M. SAMAKE a fait savoir que la Commission d’enquête sur les occupations et les démolitions de la zone aéroportuaire de Bamako-Sénou travaille dans la transparence. Une situation qui ne plaît pas aux spéculateurs qui sont à pied d’œuvre pour saboter ce travail.

« Nous demandons aux autorités de la transition à continuer dans le droit chemin et à défendre la cause des démunis. Que tout soit mis en œuvre pour dédommager les déguerpis », a demandé Nanko Boubacar SAMAKE.

Il a enfin appelé à la mobilisation de toutes les victimes pour faire échec à ceux qui veulent usurper leur lutte et ternir l’image des autorités à cause de leurs intérêts personnels.

PAR MODIBO KONE

Source : Info-Matin

MaliwebSociété
Le Bureau de coordination des associations des déguerpis de Niamakoro-Diallobougou a aminé, ce dimanche 31 juillet, une conférence de presse pour apporter certaines précisions et interpeller les autorités sur leur situation qui dure depuis 28 ans. Cette conférence de presse fait suite à la sortie médiatique d’un regroupement qui...