Des migrants africains ont trouvé la mort «dans des bousculades et en chutant de la clôture de fer» en tentant d’entrer dans Melilla, territoire espagnol, ce week-end. Sur les réseaux sociaux circulent des images amateurs et insoutenables qui témoignent de la violente répression policière. Face à cette tragédie, c’est silence radio des dirigeants africains et des défenseurs des droits de l’homme.

 

Cette tentative d’entrée de 2 000 migrants est la première depuis la normalisation des relations entre l’Espagne et le Maroc, en mars dernier. Hier lundi, des migrants ont organisé un sit-in devant un centre d’accueil de Melilla contre «le traitement inhumain» des migrants au Maroc.
«Nous ne sommes pas liés à la mafia, nous sommes en quête d’une vie meilleure loin de la guerre et de la pauvreté», ont-ils clamé.
Au Mali, des voix se sont levées pour dénoncer ce drame qui a coûté la vie à plusieurs migrants.
Dans un communiqué, le parti les démocrates progressistes Maliens (DPM) affirme avoir constaté avec regret, consternation et inquiétude, le massacre lâche, barbare et indigne de plusieurs jeunes migrants originaires de l’Afrique subsaharienne en partance pour l’Europe, entre le Maroc et l’Espagne.
Le parti DPM qualifie ce massacre de ces jeunes Africains d’horrible et inhumain, en le condamnant avec la dernière rigueur, tout en invitant le Président de l’Union africaine (UA) à s’impliquer pour qu’une enquête indépendante africaine soit menée afin de punir les auteurs.
« Le spectacle était désolant, en voyant ces nombreux jeunes, en train d’escalader la barrière de Melilla, cette barrière couronnée de barbelés, entre le Maroc et l’Espagne, se faire tuer par chute ou en se faisant tabasser à mort par des hommes en uniforme, et enfin voir leurs corps par terre », s’est indigné le parti DPM.
Par ailleurs, le parti politique DPM, ‘’met le massacre de ces jeunes Africains, évitable, en partance pour l’Europe afin d’y chercher une vie meilleure, au compte de ces régimes politiques et ces intellectuels insouciants pour la jeunesse africaine, très insouciants pour l’avenir et le devenir de l’Afrique’’. Pour la formation politique, ce massacre de ces jeunes Africains traduit l’échec de certains régimes politiques, jusque-là.
C’est pourquoi les responsables du parti ont invité les régimes politiques, les gouvernements de certains pays africains et les intellectuels de certains pays africains à imiter certains autres pays africains du même continent qui ont compris qu’il faut tout d’abord l’utilisation obligatoire et rigoureuse de la ressource humaine de qualité, la compétence et l’expérience.
Il s’agit, selon le parti, de ceux faire comme ceux qui ont compris qu’il faut la qualité de l’éducation à travers un enseignement de qualité, qu’il faut réellement et rigoureusement travailler dans tous les domaines et secteurs, qu’il faut innover, qu’il faut industrialiser, qu’il faut créer des emplois, qu’il faut une distribution équitable des richesses et l’égalité des chances, qu’il faut le respect strict et rigoureux des lois, textes, règles, principes et procédures, qu’il faut réellement de l’équité dans la justice, enfin qu’il faut strictement séparer les trois pouvoirs, l’exécutif, le législatif et le judiciaire.
Le parti politique DPM estime que tous les pays de l’Afrique subsaharienne sont très riches et bougrement riches, tout d’abord en intellectuels, en intelligences, en compétences et en expériences, et en toutes autres sortes de ressources pour faire la prospérité des peuples des pays subsahariens afin que ces jeunes, ces bras valides restent pour qu’ensemble, ils conçoivent et fassent de chacun des pays un Eldorado, et l’Afrique subsaharienne, un Eldorado.
« Ces jeunes d’Afrique subsaharienne se désespèrent en voyant de la pauvreté et de la misère évitables chez eux, en voyant que les populations meurent de faim par manque de politique agrosylvopastorale, en ne voyant aucun repère, ni aucune référence, ni aucun sérieux, ni aucune vision en leurs classes dirigeantes. Que chez eux les études et le travail n’ont aucune importance parce que n’importe qui sans compétence ni référence, et qui n’a jamais travaillé peut être dans des institutions, dans les postes hautement stratégiques et décisionnels », a dénoncé le parti.
Pour sa part, la S2D / Yonou Naatangué, du Ségénal, par la voix de son Secrétaire général, Souleymane Ndiaye, s’est indignée devant le traitement inhumain infligé à des migrants africains, à la frontière entre le Maroc et l’Espagne et qui a causé plusieurs morts et des blessés dont des Sénégalais.
Souleymane Ndiaye et ses camarades proposent que les migrants « soient mieux gérés et mieux traités afin d’éviter de pareilles pertes en vie humaine, car la vie humaine est sacrée indépendamment de la couleur de la peau ».
Ainsi, « afin d’offrir une meilleure protection et meilleur traitement à ces migrants, nous proposons la mise en place de dispositifs qui englobent des programmes d’accueil de ceux qui sont éligibles et de retour à ceux qui ne le sont pas, au besoin, en coordination avec les États des ressortissants concernés. Nous invitons aussi les ONG humanitaires et la Croix Rouge à assister davantage ces migrants », propose l’organisation de Souleymane N’Diaye.

PAR MODIBO KONE

Source : Info-Matin

MaliwebDiaspora & Immigration
Des migrants africains ont trouvé la mort «dans des bousculades et en chutant de la clôture de fer» en tentant d’entrer dans Melilla, territoire espagnol, ce week-end. Sur les réseaux sociaux circulent des images amateurs et insoutenables qui témoignent de la violente répression policière. Face à cette tragédie, c’est...