Pour manifester leur ras-le-bol, les syndicats des enseignants signataires du 15 octobre 2016 ont, de nouveau, déposé le lundi 26 juillet 2021, un préavis de grève de 288 heures, soit 12 jours, sur la table de Diawara Aoua Paul DIALLO, ministre du Travail, de la Fonction publique et du Dialogue social, à compter du 9 aout prochain.

 

Depuis plusieurs années, les acteurs de l’Education malienne s’enlisent à préparer les examens de fin d’année, suite au bras de fer qui oppose les syndicats des enseignants, signataires du 15 octobre 2016, pour l’application de l’article 39 portant ‘’Statut des enseignants.’’
Ce mot d’ordre de grève va intervenir après la rétention des notes et le boycott des examens de fin d’année scolaire 2020-2021.
C’est dans ce sens que les syndicats de l’enseignant, signataires du 15 octobre 2016, ont ordonné à leurs militants de retenir les notes des évaluations des élèves et de boycotter les épreuves anticipées et également les examens de fin d’année, depuis la signature de l’ordonnance fixant la grille indiciaire unifiée des personnels relevant des Statuts des fonctionnaires de l’Etat, des collectivités territoriales ; des Statuts autonomes et des militaires.
Selon des sources syndicales, cette décision du Gouvernement, d’uniformiser les grilles est une ‘’atteinte à l’article 39 du Statut des enseignants’’.
Cependant, la même source nous a expliqué que l’article 39 du Statut des enseignants stipule : « Toute majoration des rémunérations des fonctionnaires relevant du statut général s’applique de plein droit au personnel de l’Enseignement secondaire, de l’enseignement fondamentale et de l’Education préscolaire et spéciale ».
Par ailleurs, pour exiger l’application de l’article 39 au gouvernement de la Transition, les syndicalistes viennent de nouveau déposer le lundi 26 juillet 2021, un préavis de grève de 12 jours, sur la table du Gouvernement, à compter du lundi 9 au jeudi 12 aout, puis du lundi 16 août au mercredi 18 août et du lundi 23 au vendredi 27 aout 2021 inclus.
En tout cas, au Mali, les enfants seraient piétinés dans leur droit à l’Education, depuis environs trois ans, faute de l’application de l’article 39 que les syndicats des enseignants avaient longtemps demandés aux autorités nationales.
Si les syndicalistes de l’Education nationales avaient de l’espoir au gouvernement de la Transition pour la mise en œuvre de cet article, une ordonnance vient de mettre en cause cet article qui a suscité de débats au Mali.
Signalons que les 19 795 candidats au Certificat d’aptitude professionnelle (CAP), repartis dans les 76 Centrales d’examens, ont terminé leurs épreuves hier mardi, à travers le pays.

Par SABA BALLO

Source : Info-Matin

MaliwebEducation
Pour manifester leur ras-le-bol, les syndicats des enseignants signataires du 15 octobre 2016 ont, de nouveau, déposé le lundi 26 juillet 2021, un préavis de grève de 288 heures, soit 12 jours, sur la table de Diawara Aoua Paul DIALLO, ministre du Travail, de la Fonction publique et du...