L’objectif visé est de contribuer au développement d’un espace scolaire, universitaire sans violence et paisible.

 

 

Le 20 septembre 2021 s’est tenue dans la salle visio-conférence de l’Université de Ségou, une rencontre d’échanges, d’informations entre l’Université de Ségou et la Commission nationale de suivi de la mise en œuvre de la sécurisation de l’espace universitaire. Ces dernières années, l’espace universitaire a été fortement ébranlé par des actes de violences de toutes natures.

Quand bien même les établissements universitaires et scolaires sont des instances de formation et de réflexion sur les problématiques de la société, aucune université n’est épargnée par ces actes de violences.

Des pistolets artisanaux, des machettes, des couteaux, des marteaux, des ceinturons, des gourdins, des barres de fer, des ciseaux, des tournevis, des lance-pierres, des bonbonnes de gaz neutralisant sont devenus les nouveaux outils d’étudiants.

Les responsables des institutions d’enseignement supérieur s’insurgent contre la violence comme principe régulateur d’une sorte de mode de gouvernance que l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) voudrait imposer aux autres acteurs du système éducatif que sont les enseignants et les autres étudiants.

“Elle a pris des proportions très inquiétantes, voire mafieuses”, déplorent-ils, appelant les autorités “à prendre des mesures énergiques, rigoureuses et immédiates face à aux violences dans l’espace universitaire”.

Cet idéal est aujourd’hui menacé par l’insécurité grandissante. L’objectif de cette rencontre s’inscrit dans le cadre des mesures et recommandations prises par les autorités pour assurer la sécurité dans nos espaces universitaires. La délégation était composée des représentants et conseillers du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, du Cerou, les responsables de l’Association des élèves et étudiants de Ségou.

Drissa Coulibaly

 

xxx

UNIVERSITE DE SEGOU : La Fasso étrenne le studio audiovisuel universitaire

 Une plus-value dans la formation des étudiants en journalisme et en communication multimédia du Département d’information et de communication de la Faculté des sciences sociale (Fasso).

 

Le 26 août 2021, le gouverneur de la région de Ségou, Alassane Traoré a officiellement inauguré le studio audiovisuel à l’Université de Ségou.

La cérémonie d’inauguration a débuté à 10 h comme prévu avec l’allocution du maire de Sebougou, Modibo Traoré, qui a souhaité la bienvenue aux participants. Ce studio audiovisuel, offert à la Faculté des sciences sociales  (Fasso) de l’Université de Ségou par le projet Kelenya, aura pour objectif : la réalisation de productions audiovisuelles dans le cadre des activités de l’enseignement, d’apprentissage et de recherche.

Un studio de radio a été mis à la disposition des étudiants et du personnel enseignant du Département d’information et de communication pour réaliser des travaux de production audiovisuelle dans le cadre de leurs activités d’enseignement, d’apprentissage et de recherche (la priorité est accordée aux enseignants et aux étudiants des programmes en journalisme et en communication et multimédia).

Le studio de formation sera destiné à l’enregistrement de plusieurs intervenants des émissions de télévision, de caméras multiples, la réalisation d’un tournage d’écran vert et de reportage.

Plusieurs invités étaient présents à cette cérémonie d’inauguration, dont le maire de Sébougou, le gouverneur de Ségou, les animateurs du projet Kelenya, les professeurs de l’Université de Ségou, les administrateurs et les étudiants.

La cérémonie d’inauguration a pris fin par les mots de remerciements du vice-recteur de l’Université, Dr. Metaga Coulibaly, et un cocktail offert aux participants.

Drissa Coulibaly

Source : Université de Ségou

MaliwebEducation
L’objectif visé est de contribuer au développement d’un espace scolaire, universitaire sans violence et paisible.     Le 20 septembre 2021 s’est tenue dans la salle visio-conférence de l’Université de Ségou, une rencontre d’échanges, d’informations entre l’Université de Ségou et la Commission nationale de suivi de la mise en œuvre de la...