Ce lundi 25 octobre 2021, le Représentant spécial de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) au Mali a été déclaré «Persona non grata » pour « agissements incompatibles avec son statut ». Ce dernier a un délai de 72 heures pour quitter le territoire national. Une annonce diversement appréciée sur la toile. Si les uns dénoncent une décision populiste, une grande majorité des internautes salue le courage des autorités de la transition face à cette situation. «Le Mali va se faire respecter de gré ou à force. Le Mali n’appartient pas à la communauté internationale ; le Mali est un peuple », disent certaines réactions. C’est le sujet de votre Facebookan du jour.

 

Béatrice Ma Théra : Le Mali n’appartient pas à la communauté internationale ; le Mali est un peuple et un pays souverain et a le droit de décider de son destin. Arrêtez d’infantiliser les gens, un peu de respect pour ce peuple qui a beaucoup souffert inutilement. Un peu de compassion pour ce pays si meurtri.

Ashley Leïla MAIGA : Le Mali vient de tomber bien bas en expulsant un fonctionnaire de la CEDEAO pour la simple raison que ce dernier a réaffirmé l’exigence faite aux autorités de la Transition de respecter les principes de la bonne gouvernance auxquels le pays a souscrits.

Béatrice Ma Théra : Le respect est tellement important aux yeux des bonnes personnes de tel sorte que ceux qui ne les respectent pas peuvent devenir leurs ennemis.

Amed Paciente : Cette décision populiste n’aide pas le Mali, les terroristes sont presque aux alentours de Bamako. Soyons réalistes, le Mali seul ne peut pas faire face à la communauté internationale.

Bemba Souare : Merci Monsieur le Ministre pour cette prise de décision. Vraiment, on ne peut que te remercier. Sachez que le peuple malien est avec vous.

Salla Toure : Si on se respecte, il nous respectera obligatoirement. Restons soudés, main dans la main, ensemble nous pouvons avancer le Mali, Mali-Koura.

Babisko Babisko : Jusque-là certains n’ont pas cru réellement au changement amorcé par notre pays. Il faut qu’on nous respecte vaille que vaille. Soutien aux autorités de la transition. À bas les ennemis de l’intérieur comme de l’extérieur. Vivement ce changement tant attendu.

Massimo Moratti : Personna non grata, dans le langage diplomatique, désigne la personne qui, représentant un État, est jugée indésirable dans un autre État. Donc, en conclusion, il est jugé indésirable par le Gouvernement malien.

Barou Berthé : Je vous remercie pour votre responsabilité assumée. Continuons à nous faire respecter, on peut vivre sans la CEDEAO et mieux que cela, je vous soutiens jusqu’au bout.

Gangara Ndiaye : Excellent. Je vous exhorte tout simplement à garder une bonne communication avec le Peuple malien. Soutien total à la transition.

Mohamadine Aly Maiga : Vive le Mali Koura Koura Koura. Merci, Mr le ministre ! Vive le gouvernement de la transition, vive Assimi GOITA. On est ensemble jusqu’en 2030. Renouvelable.

Sory Ibrahime Coulibaly : Bravo ! Le Mali va se faire respecter de gré ou à force. Merci aux autorités de la Transition.

Daouda Sanogo : Merci beaucoup, le respect s’impose. Le Mali reste et demeure un État souverain.

Seni Guira : C’est ça même, il ne faut jamais faire semblant. Si ça ne nous arrange pas, on dit non ! Et c’est clair qu’on ne doit pas avoir peur de quelqu’un. Personne ne va venir sauver notre pays à part nous et cela commence par des décisions fortes suivies des actions aussi fortes. Merci au président de la transition, le meilleur reste avenir. C’est un 2e Sankara, c’est toute l’Afrique qui vous soutient. Donc, ne reculez pas, continuez votre mission, on est sûr que tous les traitres seront démasqués aux yeux du monde.

Pàppa Ismaayla Jeŋ : Hamidou Boly, Représentant Spécial de la CEDEAO au Mali, déclaré persona non grata dans le pays. Si on cherchait une autre preuve de la faiblesse de la CEDEAO, on en a une autre. L’ambassadeur de France au Mali lui est bien tranquille après les mots de Macron.

Combattants de la liberté : Alors que la CEDEAO dit être attachée à la tenue de l’élection présidentielle courant Février 2022 au Mali, mais, ce lundi, Bamako a annoncé avoir déclaré « persona non grata le Représentant spécial de la Cédéao, à compter de l’instant, avant de le lui notifier.

JM Gogbeu : Les relations entre le Mali et la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest ont pris une nouvelle tournure, ce lundi. Les autorités maliennes jugent les activités du Représentant de l’institution non conformes à sa mission.

Source : Info-Matin

MaliwebSociété
Ce lundi 25 octobre 2021, le Représentant spécial de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) au Mali a été déclaré «Persona non grata » pour « agissements incompatibles avec son statut ». Ce dernier a un délai de 72 heures pour quitter le territoire national....