La direction de la régulation de la circulation et des transports urbains a établi cette statistique dans son rapport 2020. Dans le document, on peut remarquer que la capitale a enregistré, la même année, 2.653 accidents corporels sur les voies publiques

 

Les statistiques sur les accidents de la circulation dans la capitale font froid dans le dos. Selon le rapport du bilan des accidents corporels dans le District de Bamako, élaboré par la direction de la régulation de la circulation et des transports urbains (DRCTU), au moins une personne est tuée tous les trois jours sur les routes de la ville.

Même si on observe une réduction des cas d’accident, la route continue de faire des victimes dans notre pays. En 2020, le District de Bamako a enregistré 2.653 accidents de la circulation, soit 973 cas de moins qu’en 2019. Ces données sont issues du rapport de la DRCTU. Toutefois, le nombre total d’accidents et celui des blessés ont connu une baisse de 26,83%. Dans le document, on note aussi une augmentation de la gravité de 77,08% en 2020 contre 48,31% en 2019.

Il ressort des propos du maire du District de Bamako, Adama Sangaré, relayés dans le rapport que les chiffres des accidents corporels en 2020 sont en baisse de 26,83% et 20 vies ont été épargnées par rapport à l’année précédente. Ces accidents sont dus à la forte croissance démographique, à l’urbanisation galopante et l’accroissement de la motorisation en ville.

S’y ajoutent, le mauvais comportement dans la circulation, le vieillissement du parc automobile, la désuétude de réseau routier et le manque de qualité des services d’urgence dans les établissements hospitaliers.
Sur la même période, 3.445 collisions ont eu lieu (tous types d’engins confondus). Les mois de janvier et février passés ont été les plus accidentogènes avec respectivement 267 et 276 cas. Ces accidents surviennent le plus souvent dans l’après-midi entre 12 h à 18 h.

Le document indique que les engins à deux roues constituent la principale source des accidents routiers avec 1.750 cas, soit 50,79% des chocs. Une centaine de conducteurs de deux roues ont chuté tout seul. À l’origine de ces accidents dramatiques de la circulation, on retrouve le non respect d’aucune règle élémentaire de sécurité, l’imprudence, un problème de comportement lors de la conduite impliquant en majorité les jeunes de 26 à 35 ans.

Selon le rapport de la DRCTU, les hommes sont les plus concernés par les accidents de la route. S’exposant à des risques en enfreignant facilement les règles, 2.939 hommes ont été victimes contre 397 femmes plus souvent victimes en tant que passagères ou piétonnes.

La sécurité routière reste l’affaire de tous. Pour pallier les problèmes liés à l’insécurité routière de façon pragmatique, des actions sont envisageables comme la multiplication de la sensibilisation, de la communication sur les risques d’accidents mortels sur nos routes.

La protection des plus vulnérables par l’amélioration de la sécurité des piétons dans les voies urbaines, la lutte contre les infractions graves, la sécurisation des infrastructures et l’application du Code de la route sont autant de mesures de prévention envisagées par la mairie du District de Bamako et ses partenaires pour réduire la gravité et les dégâts. Cela afin de garantir la sécurité de nos concitoyens sur les voies publiques.

Synthèse
Tamba Camara

Source : L’ESSOR

MaliwebFaits divers
La direction de la régulation de la circulation et des transports urbains a établi cette statistique dans son rapport 2020. Dans le document, on peut remarquer que la capitale a enregistré, la même année, 2.653 accidents corporels sur les voies publiques   Les statistiques sur les accidents de la circulation dans...