Le lundi 14 novembre dernier, Thiéni Kané était au box des accusés à la Cour d’Assises pour Parricide. En effet, il a asséné à mort son propre père à l’aide des coups de bâton suite à une altercation entre celui-ci et sa maman. Il a ainsi été jugé et puni de 10 années d’emprisonnement.

 

Mis sous mandat de dépôt le 4 Novembre 2018 pour Parricide, Thiéti Kané connait désormais son sort depuis le lundi 14 novembre 2022. Il est jugé et condamné à 10 ans d’emprisonnement. En effet, le crime dont ce cultivateur est accusé s’est produit au village de Tiafina, Commune Rurale de Toumanibougou,  Cercle de Kolokani. Selon l’arrêt de mise en accusation et de renvoi devant la Cour d’Assises, dans la nuit du lundi 1er au mardi 2 janvier 2018 tard la nuit, Thiéti Kané coïncide fortuitement à une altercation entre son père Bakariba Kané et sa maman Sali Traoré au cours de laquelle, le premier invectiva la seconde sa femme, à travers des propos violents et désobligeants et par des menaces de mort ou de la répudier.

Angoissé en tant que fils par le fait d’assister depuis son enfance, à de pareilles scènes d’agressions verbales voire physiques contre sa mère, Thiéti approcha son géniteur en colère pour le ramener à de meilleur sentiment et attendre la levée du soleil. Ainsi fait, le mardi 2 janvier 2018 vers 8h du matin, Bakariba Kané reprit les hostilités contre son épouse Sali Traoré et muni d’un gros bâton,  avant de la pourchasser hors du domicile conjugal. Pendant que celle-ci accourut pour se réfugier chez son oncle Tiécoura Kané à l’autre extrémité du village, l’inculpé Thiéti Kané tenta de faire raisonner son père et l’appela au calme sans succès. Il décide alors de recourir aux bonnes volontés, notamment le Conseil du village en vue de ramener son père au calme et de faire réintégrer sa mère au domicile.

N’ayant pas apprécié cette démarche, le père de l’accusé Bakariba Kané a pris le bâton et suivi son fils pour le surprendre de dos et lui infliger des coups, les cris du frère cadet de Thiéti lui alerta. C’est ainsi qu’il s’est retourné soudainement et parvint à esquiver le coup de bâton de son père qui, entrainé par son élan, chuta à terre et perdit son arme contondante. C’est comme ça que le cultivateur a repris ledit bâton à son tour pour asséner des coups à la tête de son père vers sa nuque et sous l’oreille. Celui-ci succomba sur place des suites de blessures occasionnées. Envahi de tristesse après son forfait, Thiéti  a quitté à pied son village à Tiafina et s’est rendu à la Brigade Territoriale de Gendarmerie de Kolokani sise dans ladite ville, qui, déjà fut avertie par le Maire de la Commune Rurale de Sébécoro I. Ainsi, à l’issue d’une enquête ouverte à cet effet, Thiéni Kané a été poursuivi et inculpé devant le Magistrat Instructeur pour Parricide, infraction prévue et punie par les Articles 199 alinéa 4 et 200 alinéas 1 du Code Pénal. Et tant à l’enquête préliminaire aussi bien qu’à l’information, l’accusé a reconnu sans ambages les faits qui lui sont reprochés. Il s’est défendu en disant qu’à force d’assister impuissant aux maltraitances et aux agressions physiques et verbales de leur maman par leur défunt père, il n’a pu contenir sa colère en cette ultime occasion, avant d’assener le coup fatal ou mortel à son propre Papa.

Le lundi 14 novembre, l’affaire incriminant Thiéni Kane notamment de Parricide a été jugée devant la Cour d’Assises. A cet effet, la décision judiciaire a été de 10 ans d’incarcération, sur lesquels Thiéni a déjà purgé 4 ans.

Par Mariam Sissoko 

Source : Le Sursaut