L’assassinat d’un enfant par un réseau de malfaiteurs, le vendredi 21 janvier 2022, dans la ville de Sikasso, a provoqué un soulèvement général. Ce crime odieux a été suivi par l’interpellation de plusieurs personnes, par la police du Commissariat du 1er arrondissement de Sikasso. D’autres présumés membres du réseau ont été lynchés par la foule, selon des sources locales.

 

A la suite d’une dénonciation anonyme, selon nos sources, à Sikasso, une vingtaine de personnes ont été interpellées aux quartiers Mamassoni et Wayerma2, par les éléments de la police du 1er arrondissement de Sikasso.

Des sources nous ont confié que l’assassinat d’un enfant âgé de neuf ans, le vendredi 21 janvier 2022, a occasionné l’arrestation d’une vingtaine de présumés auteurs. Il nous a été rapporté que le soupçon pesait beaucoup sur ces personnes « pour assassinat d’enfants à Sikasso, afin d’enlever leur sang avant de jeter les corps dans des coins isolés ».

Par ailleurs, des sources indiquent qu’une dizaine de personnes a été mise aux arrêts par la police du 1er arrondissement de Sikasso. Il nous a été rapporté par une source judiciaire, ces personnes interpellées auraient tué des enfants avant d’enlever leur sang et jeter leur corps.
Le hic selon nos sources, est que certains de ces inculpés ne comprennent pas les langues locales. Ce qui veut dire qu’il y a des étrangers parmi eux. Par conséquent, selon des sources concordantes, la population aurait lynché certains membres de ce réseau de malfaiteurs, avant que la police n’ait intervenu sur le lieu du drame.

Cependant, le Mouvement pour la sauvegarde des droits de l’Homme (M.S.D.H), dans un communiqué en date du 24 janvier 2022, signé par son coordinateur, Kassoum OUATTARA, a signalé qu’il avait appris avec stupéfaction des allégations de violations graves des droits humains sur les habitants de Sikasso dans le quartier de Mamassoni.

« D’après les informations recueillies ce vendredi 21 janviers 2022, des personnes ont tué un enfant de 09 ans à Sikasso (quartier Mamassoni), la population s’est révoltée afin de retrouver les personnes responsables de ces actes », a annoncé le communiqué.
Dans son document, le MSDH informe que la population a surpris une douzaine de jeunes suspects le dimanche 23 janvier aux alentours de 13 heures, sur la colline avec des enfants de 7 à 12 ans.

Soudain, elle (population) alerta les autorités, et grâce aux interventions de la police et de la gendarmerie, plusieurs dizaines de personnes ont été appréhendées et mises à la disposition du Commissariat du 1er arrondissement de Sikasso pour des besoins d’enquête, selon le MSDH.

Le MSDH a interpellé les autorités de la Transition dans son communiqué, afin qu’elles puissent trouver une solution à ces « actes barbares et ignobles ». Le Mouvement se dit persuadé qu’aucun pays ne peut se développer sans un combat contre l’impunité et l’injustice.
Il a condamné avec la dernière rigueur ces actes tout en dénonçant les formes classiques de règlement qui constituent de graves violations des droits humains. Aussi, le MSDH a exigé à ce que justice soit faite avant de présenter ses condoléances les plus attristées aux familles des défunts.

Enfin, le Mouvement pour la sauvegarde des droits de l’Homme a déclaré que le respect des droits de l’Homme ne relève pas, non seulement du choix politique, mais d’une obligation juridique et morale.

Par SABA BALLO

Source : Info-Matin

MaliwebFaits divers
L’assassinat d’un enfant par un réseau de malfaiteurs, le vendredi 21 janvier 2022, dans la ville de Sikasso, a provoqué un soulèvement général. Ce crime odieux a été suivi par l’interpellation de plusieurs personnes, par la police du Commissariat du 1er arrondissement de Sikasso. D’autres présumés membres du réseau...