La Cour d’assises spéciale sur le terrorisme a rendu, hier mardi 26 octobre, son arrêt dans l’affaire ministère public contre Alpha Cissé dit  » Alphaki  » et Mohamed Ahmed, jugés pour  » assassinat, vol qualifié, association de malfaiteurs, détention illégale d’armes de guerre en relation avec une entreprise terroriste « . Alpha Cissé dit  » Alphaki « , ayant comparu, a été condamné à la peine de mort au même titre que son colistier Mohamed Ahmed, jugé par contumace.

 

C’est courant septembre 2018 que les nommés Iknane et Alpha Cissé dit « Alphaki  » attaquaient un véhicule de transport en commun entre les localités de Kaimé et Bambara Maoudé, occasionnant la mort d’un passager. Au cours de cette attaque, le chauffeur du véhicule du nom de Mohamed Traoré maîtrisait Iknane avant de l’écraser avec son véhicule et récupérer le Pistolet Mitrailleur (PM) qu’il détenait. Quant à Alpha Cissé dit  » Alphaki « , il a réussi à s’échapper pour se rendre à Sévaré (Mopti) où il sera interpellé par les éléments de la Brigade de Recherches de la Gendarmerie au poste de contrôle de Thy.

Les investigations des forces de sécurité et de défense ont permis d’interpeller les nommés Mohamed Ahmed et Aliou Ag Aguissa. Ce dernier serait le chef de la bande. Après clôture de l’enquête, les deux furent conduits devant le Parquet qui a ouvert une information judiciaire contre eux pour des faits d’ «assassinat, vol qualifié, association de malfaiteurs, détention illégale d’armes de guerre en relation avec une entreprise terroriste». Au cours de l’interrogatoire du 4 septembre 2008, le nommé Aliou Ag Aguissa a nié les faits à lui reprochés en expliquant devant le magistrat instructeur s’être rendu volontairement au camp militaire en sa qualité de chef local du GATIA. Ainsi, il a bénéficié d’un non lieu.

A la barre, l’accusé Alpha Cissé dit Alplaki, âgé de 24 ans, a comparu en l’absence de son comparse, Mohamed Ahmed. Il a nié les faits à lui reprochés, mais a été recadré par le ministère public qui lui a rappelé en détails les circonstances de son arrestation par les gendarmes. Avant de requérir qu’il soit maintenu dans les liens de prévention suivant les dispositions de la loi de 2008 portant répression du terrorisme au Mali.

A l’issue du débat, le jury a condamné Alpha Cissé  dit Alphaki et Mohamed Ahmed à la peine de mort.

Oumar BARRY

Source: l’Indépendant

MaliwebFaits diversJustice
La Cour d’assises spéciale sur le terrorisme a rendu, hier mardi 26 octobre, son arrêt dans l’affaire ministère public contre Alpha Cissé dit  » Alphaki  » et Mohamed Ahmed, jugés pour  » assassinat, vol qualifié, association de malfaiteurs, détention illégale d’armes de guerre en relation avec une entreprise terroriste...