Sikasso, une des régions du Mali, les enlèvements suivis des décapitations d’enfants étaient devenus une monnaie courante à Mamassoni et Wayerma 2, deux quartiers de la ville. Selon les informations, une dizaine de cas ont été enregistrés en l’espace d’un mois. Les populations vivant sous cette terreur ont pu réussir à mettre la main sur des présumés auteurs qui ont été lynchés et brûlés.

Avec des nouveaux cas de décapitation d’enfants, les habitants de Mamassoni et de Wayerma 2 (deux quartiers sis dans la région de Sikasso), se croyaient finalement à Fana, une autre localité du Mali où la pratique est malheureusement récurrente. Des sources fiables nous confirment qu’une dizaine d’enlèvements suivis des décapitations ont eu lieu en l’espace d’un mois, au sein des deux quartiers. Avec la perpétration de la situation, les pères et les mères d’enfants ont commencé à s’inquiéter, puisque les auteurs des faits criminels prenaient toujours la poudre d’escampette sans être arrêtés, après leur forfaiture, déplore notre source. Ainsi, c’est sous cette terreur que les habitants des deux quartiers, surmontés, ont mis la main sur des présumés coupables, le dimanche 23 janvier dernier. Les populations en colère n’ont pas pu se maitriser. Elles ont immédiatement décidé d’en finir avec la question. C’est-à-dire, poursuit la source : « Certains coupeurs ont été battus à sang. D’autres ont été aussi lynchés sur place par la foule, avant l’arrivée de la police et des éléments de la protection civile, aux environs de 14H ».Les informations relayées font part de lynchage d’autres présumés coupeurs par la foule, dans un bâtiment nouvellement construit au quartier Wayerma 2, toujours dans la région de Sikasso. Suivant les précisions, des personnes impliquées dans cette histoire seraient nombreuses au quartier Wayerma 2.Dans une vidéo qui nous est parvenue, on voit clairement le corps sans vie d’un homme exposé à côté d’un feu qui semblerait brûler un autre corps. « C’est le début du commencement. Est-ce qu’on a besoin de faire du mal aux enfants d’autrui pour avoir de l’argent ? », S’interrogent les jeunes qui entouraient le feu. Dans une autre vidéo, on voit également que le feu était en train de brûler le corps d’un autre présumé coupeur de tête. «Cela servira de leçon à ceux qui aiment faire du mal aux autres à travers une telle pratique, juste pour avoir de l’argent », ajoutent les jeunes qui ne cessaient d’attiser le feu contenant d’un corps sans vie.

Mamadou Diarra

Source: LE PAYS

MaliwebFaits divers
Sikasso, une des régions du Mali, les enlèvements suivis des décapitations d’enfants étaient devenus une monnaie courante à Mamassoni et Wayerma 2, deux quartiers de la ville. Selon les informations, une dizaine de cas ont été enregistrés en l’espace d’un mois. Les populations vivant sous cette terreur ont pu...