Hier mardi 8 octobre 2013, vers 10 heures, le coté d’un immeuble de cinq étages s’est totalement effondré.

immeuble 5 étages écroule

L’immeuble en question est situé dans la zone d’Hamdallaye ACI 2000, près de la Bibliothèque Nationale et fait face au siège de campagne de l’Adema Pasj. Il appartient à un certain Ibrahim Cissé. Heureusement, il y’a eu plus de peur que de mal car le bâtiment s’est effondré sans faire de perte en vie humaine, ni de blessé. Mais il y’a eu des dégâts matériels très important. Le ministre de l’urbanisme et de la politique de la ville Moussa Mara qui a fait une visite sur les lieux a promis que les enquêtes seront menées pour situer les responsabilités. Les faits se sont produits  hier mardi 8 octobre 2013, aux environs de 10 heures du matin au moment où une trentaine d’ouvriers travaillaient sur les lieux. L’immeuble  en chantier  de cinq étages à Hamdallaye ACI 2000 à coté de la bibliothèque nationale s’est écroulé. Le Commissaire principal de police Cheick Keïta et ses éléments étaient sur les lieux pour faire les constats. Ils ont arrêté trois ouvriers pour des besoins d’enquête. A 12 h 30 mn, ni le propriétaire, ni l’architecte de l’immeuble, n’étaient présentent sur les lieux. Mais l’épouse du propriétaire Mme Cissé Haby Bah qui était venue constater les faits n’est même pas descendue de son véhicule 4×4 de couleur bleue. Elle est aussitôt repartie malgré l’insistance du commissaire Cheick Keïta et les responsables de l’urbanisme de leur donné les coordonnés de son époux Ibrahim Cissé qui est le propriétaire de l’immeuble écroulé. Les curieux murmuraient que le commissaire devrait arrêter Mme Cissé pour obliger Mr Cissé à se présenter. Selon le Commissaire principale de police Cheick Keïta, le service de l’urbanisme a déjà fait les constats mais que les raisons de l’effondrement ne sont pas encore déterminer. Il a invité les uns et les autres à observer les règles de construction. « Je ne suis pas spécialiste mais en voyant, on constate que c’est probablement l’inobservation des règles de construction qui a occasionné cet effondrement », a-t-il dit. Le ministre de l’urbanisme et de la politique de la ville Moussa Mara a déploré cet effondrement qui selon lui, n’est pas une première dans la capitale malienne. « Si les normes de construction sont respectées, il  n’y’a pas de raison qu’un bâtiment de 5 niveau s’écroule. Par la grâce de Dieu, il n’y’a pas de tremblement de terre, de catastrophe naturelle, de tempête dans notre pays. Il n’y’a pas de raison extérieure qui justifie cet écroulement. Heureusement, il n’y’a pas eu de perte en vie humaine ni de blessé à déplorer. Des enquêtes diligentes seront immédiatement menées pour situer les responsabilités afin que les auteurs ne puissent pas s’échapper », a dit le ministre Moussa Mara. Il a demandé au service de l’urbanisme d’analyser le plus rapidement toutes les causes de cet écroulement pour prendre des sanctions appropriées afin que de telles situations ne surviennent plus dans notre pays.
Aguibou Sogodogo/ Boubacar S Traoré

///

Construction anarchique d’immeubles à Bamako / Issaka Tembely, président de l’ordre des architectes, se prononce
Après l’effondrement d’un étage R+5 en construction près de la bibliothèque nationale, le mardi 8 décembre 2013, le président de l’ordre des architectes Issaka Tembély s’est rendu sur les lieux. Il a invité les populations à travailler avec les professionnelles pour éviter de tels désagréments.
Républicain : Monsieur le président, quel constat faites-vous face à un tel écroulement d’immeuble qui n’est plus un cas isolé dans la capitale, alors qu’il y a des professionnels du bâtiment ?
Issiaka Tembely : Vous savez, actuellement beaucoup de personnes pensent que n’importe qui peut diriger un chantier et n’importe qui a droit à construire selon ses vœux. Il faut aujourd’hui que les autorités prennent des mesures draconiennes pour mettre fin à ces constructions anarchiques sans l’implication d’un professionnel en la matière. Qu’aucune personne ne soit permis de construire sans l’implication d’un professionnel moyennant  une sanction. La construction d’une maison surtout en étage, a des exigences et demande beaucoup de professionnalisme.
Pouvez-vous nous dire quelques conditions à respecter ?
Pour construire, on doit nécessairement mettre le nom de l’entrepreneur, l’architecte, le numéro du permis de construire, le bureau de contrôle. Au préalable, on doit avoir le rapport du sol c’est-à-dire faire les études géophysique. Au delà de ça, il faut savoir la provenance des matériaux de construction (ciment, fer etc.). Aussi, il y a des règles pour la construction à la verticale, c’est-à-dire en hauteur. Et, il faut le dire, les maliens ne sont pas encore habitués à ces types de construction. Pour ce faire, il faut associer des professionnels en la matière.
Qu’est-ce que vous savez de ce cas qui vient de se passer ?
Je crois que l’ancien président de l’ordre des architectes Moussa Traoré vient de dire devant vous-même que le propriétaire de cet immeuble a ignoré tous les professionnels après la conception. Il s’est rabattu sur les maçons dans la rue pensant pouvoir faire moins de dépense. Je crois qu’avec les inondations que le pays est entrain de connaitre, les gens doivent y mettre de la rigueur en matière de construction pour éviter des surprises désagréables.
Fakara Fainké

Source: Lerepublicainmali

Mali-web.orgFaits divers
Hier mardi 8 octobre 2013, vers 10 heures, le coté d’un immeuble de cinq étages s’est totalement effondré. L’immeuble en question est situé dans la zone d’Hamdallaye ACI 2000, près de la Bibliothèque Nationale et fait face au siège de campagne de l’Adema Pasj. Il appartient à un certain Ibrahim...