Un civil malien travaillant pour la Mission de l’ONU au Mali (Minusma) a été tué par des hommes armés à Ménaka, dans le nord-est du pays, a-t-on appris vendredi auprès de la MINUSMA.

‘’Le meurtre est survenu dans la nuit du jeudi 30 juin 2022 par des éléments armés non identifiés à moto dans la ville de Ménaka’’, a affirmé la MINUSMA sur Twitter. L’employé de la MINUSMA a été tué alors qu’il était en route vers l’hôpital où sa femme était hospitalisée, selon l’organisation onusienne qui dénonce « un acte lâche et barbare ». La victime est un technicien de générateur de nationalité malienne, selon un responsable.

Avec des effectifs actuels de 13.289 militaires et 1.920 policiers, la MINUSMA, créée en 2013 pour soutenir le processus politique malien, est la mission de maintien de la paix de l’ONU ayant subi le plus de pertes humaines. Au total, 175 Casques bleus sont morts dans des actes hostiles au Mali.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a décidé mercredi de prolonger d’un an le mandat de la MINUSMA, sans soutien aérien français comme dans le passé, après un refus de Bamako.

Le Mali, pays enclavé au cœur du Sahel, a été le théâtre de deux coups d’État militaires en août 2020 et en mai 2021. Le pays est désormais dirigé par des militaires qui se sont détournés de la France et de ses partenaires pour se tourner vers la Russie afin d’endiguer la propagation djihadiste, partie du nord avant de gagner le centre ainsi que le Burkina Faso et le Niger voisins. Le pays est plongé dans une profonde crise sécuritaire, politique et humanitaire depuis le déclenchement d’insurrections indépendantistes et djihadistes en 2012. Ces violences ont fait des milliers de morts civils et militaires ainsi que des centaines de milliers de déplacés.

Bourama KEITA

Source: LE COMBAT