Les populations riveraines de l’autoroute qui relie le centre-ville à Sébénicoro sont sur les dents. Elles s’apprêtent à battre le pavé contre une décision du président de la République qui aurait ordonné le rasage des ‘’gendarmes couchés’’ sur cet axe qui mène chez lui à Sébénicoro.

marche  protestation contre ibrahim boubacar keita ibk

Rappelons que le nouveau président de la République, depuis son élection, réside toujours chez lui à Sébénicoro. Toute chose  qui provoque, chaque jour (matin et soir), des embouteillages monstres sur  l’axe centre-ville – Sébénicoro. Les usagers de cette route sont obligés de prendre leur mal en patience. Car, pour eux, un président de la République a droit à un tel privilège.

Comme si cela ne suffit pas, le président de la République aurait ordonné, au début de cette semaine, le rasage de tous les ’’gendarmes couchés’’ sur cette autoroute, afin de faciliter la circulation à son cortège. A noter que depuis la disparition des ‘’ gendarmes couchés’’, les usagers de cette voie roulent à ‘’tombeau ouvert’’. Toute chose qui a donné du galon à l’insécurité routière sur cet axe.

Selon nos informations, en trois jours, 4 personnes auraient trouvé la mort sur cette autoroute. Cela serait dû à l’incivisme des usagers qui s’est accrue depuis la suppression des ‘’gendarmes couchés’’. Selon la même source, cette route fait, désormais, chaque jour, beaucoup d’handicapés à vie. Une situation qui semble créer  une colère bleue chez les populations riveraines et les usagers de cette voie. Ils s’apprêtent à marcher, dans les  jours à venir, contre cette décision du président de la République  qui les met en danger. Cette marche serait la première contre le régime d’IBK.

 

Aboubacar Berthé

Source

Mali-web.orgFaits divers
Les populations riveraines de l’autoroute qui relie le centre-ville à Sébénicoro sont sur les dents. Elles s’apprêtent à battre le pavé contre une décision du président de la République qui aurait ordonné le rasage des ‘’gendarmes couchés’’ sur cet axe qui mène chez lui à Sébénicoro. Rappelons que le nouveau...