Le samedi 17 mai dernier, à l’instar des autres pays du monde, le Mali a célébré la journée mondiale des Télécommunications et de la société de l’information. L’occasion pour le ministre de l’économie numérique, de l’information et de la communication de dévoiler les différents projets en cours de réalisation et ceux démarreront bientôt !

 

 Choguel- KOKALA maiga MPR

A la faveur de la journée mondiale des Télécommunications et de la société de l’information, l’Autorité Malienne de Régulation des Télécommunications, des Tic et de la Poste (AMRTP) a organisé, le samedi 17 mai dernier, une conférence débats à la FAST (Faculté des Sciences Techniques de Bamako), sur la colline de Badalabougou. Le thème retenu par l’UIT cette année était : «  Le large Bande au service du développement durable».

Selon, le directeur général de l’AMRTP, Choguel Kokala Maïga, la tenue de cette conférence  à la FAST n’est pas un fait du hasard. Car, dit-il, elle vise un double objectif. A savoir , favoriser d’une part la participation d’une majorité d’étudiants en quête de connaissances et d’autre part, poser les premiers jalons d’une collaboration entre les  universités et l’AMRTP, afin de vulgariser les TIC au Mali.  A l’en croire, l’engagement des autorités pour développer les infrastructures et la promotion des offres de services variés à moindres coûts doit interpeller la jeunesse estudiantine à s’approprier des TIC. Qui selon lui, constituent l’outil d’acquisition par excellence des connaissances et du développement durable.

Quant au ministre de l’Economie Numérique, de l’Information et de la Communication, Mahamadou Camara, il dira pour sa part que, ‘’le large Bande’’ a été reconnue lors du sommet mondial de l’UIT, comme étant un outil pouvant faciliter l’accès à une large gamme de services et d’applications. Mais aussi, dit-il, cela permettra la promotion des investissements, et un accès à Internet ‘’haut débit’’ à des prix abordables aussi bien aux utilisateurs existants qu’aux nouveaux utilisateurs.

D’où l’occasion pour lui de rappeler que depuis les cinq dernières années, le Mali a fait des progrès remarquables dans ce sens. A l’en croire, en plus des investissements effectués par les opérateurs de télécommunications pour construire plus de 6 000 km de fibres optiques devant  connecter le Mali avec sept de ses pays  voisins, le gouvernement poursuit en partenariat avec les institutions techniques et financières la réalisation de plus de 3 000km de fibres optiques. Il s’agit, entre autres, du projet de construction en cours du réseau de fibre optique à Bamako, entre Bamako-Sikasso-Ségou et entre Sikasso-Zégoua, pour une distance d’environ 915 km, avec des applications civiles et sécuritaires. Mais aussi, selon le ministre Camara, le gouvernement  prévoit en collaboration avec la Corée du Sud  la mise en réseau des services de l’administration  avec l’interconnexion de 101 structures publiques à Bamako et 24 autres dans les régions de Ségou, Mopti et Koulikoro.

Ainsi que l’interconnexion par fibre optique de 27 bureaux de poste à Bamako et 71autres dans les régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou et Mopti.

Et au conférencier Mamadou Iam Diallo, de conclure que les objectifs du millénaire ne seront pas atteints sans un développement considérable des Tic.

Lassina NIANGALY

 

SOURCE: Tjikan
Mali-web.orgSociété
Le samedi 17 mai dernier, à l’instar des autres pays du monde, le Mali a célébré la journée mondiale des Télécommunications et de la société de l’information. L’occasion pour le ministre de l’économie numérique, de l’information et de la communication de dévoiler les différents projets en cours de réalisation...