Installé de force comme président de l’autorité intérimaire de la commune du Mandé par Boubacar Bah dit Bill, l’ancien ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Mamourou Kéita aurait outrepassé ses compétences dans l’attribution d’un contrat de 380 millions.

 

C’est à la faveur d’une violation flagrante de la décision de justice que le désormais ancien président de l’autorité intérimaire de la commune du Mandé, Mamourou Kéita a été installé. Lui et son équipe ont savouré le coup de piston de l’ancien ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Boubacar Alpha Bah dit Bill. Ce, sous le régime défunt d’Ibrahim Boubacar Kéita.

L’on se rappelle, pour fouler au pied la décision de justice, Bill a engagé son protégé à s’occuper des affaires courantes de la mairie. Ce qui en principe devrait se limiter à satisfaire les besoins des populations concernant les actes de naissance, de mariages et autres petits papiers administratifs.

Mais, cela ne pouvant pas faire son affaire, Mamourou Kéita s’est intéressé aux affaires domaniales qui dépassent sa compétence de président de l’autorité intérimaire de la commune. Avec l’arrivée des colonels aux affaires, l’espoir de Mamourou a diminué comme la peau de chagrin.

Le dernier épisode du feuilleton judiciaire pour le fauteuil de président de l’autorité intérimaire s’est joué à la Cour suprême de Bamako. Nouhoum Kélépily que Bill a éjecté de fait en est sorti vainqueur. Ce qui a permis à ce dernier de récupérer son poste à la mairie.

La découverte macabre de l’après- Mamourou est qu’il avait positionné un contrat de 380 millions de FCFA pour 100000 cartons de permis d’occuper. De sources dignes de foi, l’entreprise Coumba Samaké qui est la bénéficiaire de ce contrat aurait fourni une valeur de 32 millions.  Une possible résiliation de ce contrat n’est pas à écarter car le pouvoir de Mamourou a pris fin.

Celui qui est autorisé à évacuer les affaires courantes doit-il attribuer un contrat d’une telle importance ? C’est du moins la question que l’on se pose. Faut-il le rappeler ? Mamourou Kéita a occupé la mairie de la commune du Mandé sur fond de grande contestation de la part des 25 chefs de village et des populations. Il vient une fois de plus de rater le coche pour arranger son image. Il a compliqué davantage sa situation. Le fauteuil de président de l’autorité intérimaire ne lui sied donc pas. « On ne regarde pas un fauteuil et s’asseoir dessus », raisonne Laurent Bagbo, L’ancien président de Côte d’Ivoire.

Pour rappel, Mamourou est un ancien maire qui a dirigé la mairie pendant 7 ans avant de revenir comme président forcé de l’autorité intérimaire. Une carrière politique qui a suivi une courbe descendante.

Bazoumana KANE

Source : L’Alerte

MaliwebSociété
Installé de force comme président de l’autorité intérimaire de la commune du Mandé par Boubacar Bah dit Bill, l’ancien ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Mamourou Kéita aurait outrepassé ses compétences dans l’attribution d’un contrat de 380 millions.   C’est à la faveur d’une violation flagrante de la décision...