Poursuivi pour « atteinte au crédit de l’État et de ses institutions » et « trouble grave à l’ordre public », Issa Kaou N’Djim vient d’être condamné à six mois de prison avec sursis, assortis d’une amende de 500.000 Fcfa par le tribunal de grande instance de la Commune IV de Bamako. Le délibéré de la juridiction a été rendu ce vendredi 03 décembre.

Ainsi, le président du parti Appel citoyen pour la réussite de la Transition (ACRT Faso Ka Welé), recouvre la liberté après un mois de détention à la Maison d’arrêt centrale de Bamako (MCA).

Le tribunal n’a donc pas accédé à la demande du ministère public qui avait requis trois mois de prison ferme contre Issa Kaou N’Djim, désormais ancien 4è vice-président du Conseil national de Transition (CNT).

Il faut rappeler que le président de la Transition, colonel Assimi Goïta avait abrogé le décret de nomination de Issa Kaou N’Djim. Cette mesure présidentielle faisait suite à une résolution du CNT demandant la suspension de la détention de l’inculpé alors conseiller du CNT à cette époque.

 

A.TRAORÉ

 

Source: L’Essor

MaliwebJustice maliennemalijet comSociété
Poursuivi pour « atteinte au crédit de l'État et de ses institutions » et « trouble grave à l'ordre public », Issa Kaou N'Djim vient d'être condamné à six mois de prison avec sursis, assortis d'une amende de 500.000 Fcfa par le tribunal de grande instance de la Commune...