Le Syndicat Nation de la Production (SYNAPRO) et le Syndicat National de l’Enseignement Supérieure et de la recherche scientifique (SNESUP) ont Co animé une assemblée générale d’information pour informer l’opinion nationale et internationale sur les menaces d’agressions foncières sur les terres de recherche de l’Institut d’Economie Rurale (IER) de manière générale et sur le domaine du Centre Régional de Recherche Agronomique de Sotuba (CRRA).

L’Institut d’Economie Rurale a été crée le 29 novembre 1960, pour assurer la coordination des différents types de recherches menées dans le pays et conduire des études techniques de développement agricole. Il a été érigé en établissement à caractère scientifique et technologie en 2001. Les principales missions qui lui ont été assignées sont entre autres de, conduire à la définition et à la mise en œuvre des objectifs et moyens de recherche et d’études au service du développement agricole.
« Pour mener à bien ses activités de recherche, l’Etat a mis à la disposition de l’IER des parcelles d’expérimentation au niveau de tous les centres régionaux de recherche », précise le secrétaire général de SYNAPRO, Dr Moro Souley Sidibé. Et d’ajouter que, malgré, l’acquisition des titres fonciers pour les parcelles de recherche de l’IER par le gouvernement, entre autres, ils ont le regret d’informer de la persistance des agresseurs fonciers à faire fi des lois domaniales de l’Etat.
À titre de rappel, DR Sidibé a cité entre autres que, la grève de la section SYNAPRO de l’IER soutenue par le SYNAPRO National et l’UNTM de février 2007 contre la tentative d’accaparement des terres du ( CRRA) de Sotuba par le maire de la Commune I a été condamné à payer une amende de deux cents quatre-vingt-neuf millions neuf cent vingt-cinq mille cinq cents (289 925 500) francs CFA pour préjudice causé à l’IER.
En effet, depuis le 14 mars 2022, une correspondance émanant du ministère des mines de l’énergie et de l’eau a été adressée au ministère du développement rural. Cette correspondance a en objet : « amélioration de l’alimentation en eau potable de la ville de Bamako sur la rive gauche du fleuve Niger : convoitise de site d’installation de station compacte de potabilisation de l’eau. » Selon le syndicaliste Sidibé, malgré l’expression du non disponibilité de terres pour la réalisation de leur projet sur le site identifié, dit-il, l’administration de l’IER subit des pressions pour la mise à disposition dudit site alors que cet espace est réservé pour des expérimentations scientifiques.
Ainsi, pour conclure, ces syndicalistes estiment que, les points 13 de l’accord des procès-verbaux de conciliation gouvernement et UNTM de 2014 et de 2019 mettent l’accent sur la restitution, la production et la sécurisation des terres d’expérimentation de l’IER.

Kossa Maïga

Source: Canard déchainé

MaliwebSociété
Le Syndicat Nation de la Production (SYNAPRO) et le Syndicat National de l’Enseignement Supérieure et de la recherche scientifique (SNESUP) ont Co animé une assemblée générale d’information pour informer l’opinion nationale et internationale sur les menaces d’agressions foncières sur les terres de recherche de l’Institut d’Economie Rurale (IER) de...