Notre portrait de la semaine est celui de Mme Magassouba Doussou TRAORE, veuve de 68 ans et mère de sept (07) enfants. Point focal pour la paix et la sécurité des femmes de l’espace CEDEAO , elle est d’abord une enseignante de formation avant d’être formatrice des ONG AMSOPT dans le domaine de l’excision mais aussi Médicos-Delmando à Bafoulabé sur les droits des femmes et les violences qu’elles subissent.


Mme Magassouba a commencé sa carrière professionnelle en tant qu’enseignante et spécialiste des classes d’examens de 1974-1995. En 1995, elle fut chargée de programme à la Direction Régionale de la Promotion de la Femme de l’Enfant et la Famille. Dont elle assurera l’intérim de la Directrice Régionale de 1998 à 2003. Elle participa ainsi à différents ateliers de formation des formateurs sur les violences faites aux femmes et aux filles, ainsi que sur la Convention sur l’Élimination de toutes les formes de Discrimination à l’Égard des Femmes (CEDEF).

Mme Magassouba Doussou Traoré a à son actif, notamment dans les réalisations majeures dans son combat pour les droits des femmes, sa participation à l’élaboration du code des personnes et de la famille. Ainsi sa nomination comme point focal excision de la région de Kayes par le MPFEF ou encore sa Participation à la mise en place des Comités Locaux d’abandon des pratiques Néfastes (CLAPN) dans les 7 cercles de la région de Kayes, sont la récompense de son abnégation pour la cause de l’Enfant, la Femme et la Famille.

Élue conseillère municipale et présidente du comité de jumelage de la commune urbaine de Kayes entre 2004 et 2009, Mme Magassouba est responsable d’une enquête sur le mariage précoce dans les cercles de Kayes, Nioro du sahel, Yélimané. Toutes ces expériences professionnelles ont contribué à faire d’elle « une formatrice sur les droits des femmes, les Violences faites aux femmes et aux filles (VFF).

De sorte que dans la région de Kayes, elle est constamment sollicitée par le GRDR pour toutes les formations dans les différents domaines liés aux droits des femmes, des violences faites aux femmes et aux filles et au genre ». Durant ce mandant, et au-delà, elle a pu « éviter jusqu’à 40 cas de divorce à Kayes suite à l’intermédiation de 2008 à 2012. C’est dans ce cadre que notre championne fut actrice du film « les correspondances » lancé en mai 2010 dans des salles de cinéma de Montreuil en France. Elle y était présente comme une invitée d’honneur.

Depuis 2019, Mme Magassouba est constamment sollicitée par le Bureau Régional de l’Union Technique de la Mutualité pour des séries de formations et le plaidoyer sur les droits humains, le genre, les violences basées sur le genre dans cinq (05) cercles de la région de Kayes. De même que pour la mise en place des Comités des Femmes Utilisatrices des Services de Santé) (CFUSS) dans quatre (04) cercles. Elle est membre du Conseil d’Administration du Projet de Réduction de la Pauvreté (PRP).

Mais aussi, il faut retenir que notre désormais Actrice émérite, du groupe de Référence de la Société civile du Programme Initiative Spotlight dans la région de Kayes, a été honorée, ce mois de juin 2021, par un trophée dénommé : « Sigui d’Or » de la jeunesse kayesienne. Avant cette distinction, Mme Magassouba avait été décorée, en 2002, Chevalier de l’ordre National du Mali par le Président Alpha Oumar KONARE.
Bravo donc à la Maîtresse Principale Doussou Traoré, pour son parcours exceptionnel !

Source : ONU-Femmes Mali

MaliwebSociété
Notre portrait de la semaine est celui de Mme Magassouba Doussou TRAORE, veuve de 68 ans et mère de sept (07) enfants. Point focal pour la paix et la sécurité des femmes de l’espace CEDEAO , elle est d’abord une enseignante de formation avant d’être formatrice des ONG AMSOPT...