Interpelés puis mis en garde à vue pour une affaire de cyber criminalité et d’injures grossières ; OUMAR Mariko, le chef du parti Sadi et Bouba Fané fond le buzz sur la toile mondiale. Pendant que certains crient à la dictature du régime, d’autre pensent que ces arrestations permettront de recadrer les utilisateurs des NTIC au Mali. Votre Facebookan du jour !

 

Alou Fane: où sont les avions achetés ?

Mamoudou Bocoum: C’est pour quoi dans un de mes posts j’ai dit qu’il était temps de marcher pour réclamer plus de sécurité au Centre. On a assez fait pour le soutien de la transition.

Bouba Camara: Mamoudou Bocoum c’est ça, mais malheureusement il n’y a que mensonge et manipulation. La route est longue pour ce peuple.

Mamadou Samake Samake: sincères condoléances attristées aux parents des victimes. Que leurs âmes reposent en Paix. Le temps de la mobilisation générale a sonné.

Fatimata Niambali: paix aux âmes des disparus et prompt rétablissement aux blessés.
Madou Traoré : c’est terrifiant !

Maimouna Kamissoko: vraiment à Bamako c’est la guerre des places. Paix à leurs âmes !

Tina Diarra:Maimouna Kamissoko parce qu’il n’y a pas leurs proches dans ces localités, sinon ça sera 100/100 sécurisé.
Maimouna Kamissoko: Tina Diarra c’est vrai.

Modibo Doumbia: homo nous partons au désastre, la situation est plus chaotique qu’auparavant. Le plat de résistance actuel est comment prolonger la transition, comment faire pour plaire aux Maliens et à la junte.

Bahiry Traore: pas une simple impression, à Bamako, on ne la mesure absolument pas du tout ; et je me demande même si l’on saurait la mesurer. Ce n’est seulement qu’après avoir effectué un déplacement dans ces différentes localités que l’on voit la peur, la misère et le sentiment d’abandon dans lesquels vivent les habitants au quotidien.

Bahiry Traore: ils se couchent et se réveillent en permanence avec la peur au ventre.

Bahiry Traore: le monde sauvage d’hier vaut cent fois mieux que celui civilisé d’aujourd’hui.

Gaoussou Gabriel Diakite: on ne peut mesurer parce qu’on parle élection et d’assises de je ne sais quoi. On pense que dans ce genre de guerre, l’État, voire l’armée, doit régler tout seul cette affaire. Il faut décréter l’État de guerre et chaque citoyen doit être un soldat. L’armée ne doit être que la colonne dorsale. Depuis longtemps ont aurait dû élargir la formation militaire à tous les jeunes. Les Donzos auraient dû être encadrés par l’armée au lieu de les laisser se débrouiller tout seul. Chaque chef de village, chaque Maire aurait dû être un intermédiaire entre l’armée et les administrés pour filtrer les renseignements à délivrer aux militaires et aux services de renseignement. Il faut prendre l’initiative et aller les chercher et non attendre.
Diakaridia Yossi: ça ne doit pas rester impuni, question d’honneur.

Mamadou Banne: inadmissible, condamnable à tout égard. Aucune cause ne peut justifier ces actes. La religion, n’en parlons pas. Le Prophète Mouhamad SWS a interdit de tuer un être vivant par le feu, à plus forte raison des humains femmes et enfants innocents.
Mamadou Banne: je me demande qu’est-ce qui nous reste d’humain.On s’insulte à Bamako pour les postes et en campagne on s’entretue pour rien.
Hamadoun Gakoi Ganaba: une réponse de l’armée malienne est indispensable.
Fatoumata Sako: ALLAHOU AKHBAR! C’est d’une rare cruauté et aucun mot n’est assez fort pour qualifier ce qui se passe en ce moment dans notre pays.

Source : Info-Matin

MaliwebSociété
Interpelés puis mis en garde à vue pour une affaire de cyber criminalité et d’injures grossières ; OUMAR Mariko, le chef du parti Sadi et Bouba Fané fond le buzz sur la toile mondiale. Pendant que certains crient à la dictature du régime, d’autre pensent que ces arrestations permettront...