Dans le cadre de la mise en œuvre de son projet intitulé « Promotion du dialogue entre les forces de sécurité intérieure et les populations pour renforcer leur lien de confiance et de collaboration », l’Association Malienne des Droits de l’Homme (AMDH), en partenariat avec l’Institut Danois des Droits de l’Homme (IDDH), a organisé un atelier de renforcement des capacités des journalistes/activistes, le 27 Janvier 2022, au Gouvernorat du District de Bamako. Cet atelier de renforcement de capacités d’un jour visait globalement à outiller les hommes de médias afin d’améliorer leurs lignes éditoriales, articles et reportages sur la thématique de sécurité collaborative ou approches inclusives de sécurité.

Après les mots de bienvenue des représentants de l’AMDH, Brahima Konaté et de l’IDDH, Mamadou Abdoulaye Traoré, l’expert, Drissa Traoré, coordinateur général au sein de l’AMDH, a fait savoir que l’un des objectifs de cette session de formation est de permettre aux journalistes de se familiariser avec le concept de « police de proximité ». Au cours de cet atelier de formation, Drissa Traoré a développé trois thématiques à savoir : « Police de Proximité ou approche collaborative de sécurité entre FSI (force de sécurité intérieure) et communautés » ; « Rôle des journalistes dans les efforts de Paix et de sécurité » ; « Médias : Quelle contribution pour une sécurité inclusive ou une gestion partenariale de la sécurité ? ». Selon l’expert Drissa Traoré, la police de proximité n’est pas une structure, mais une approche, un concept dont la finalité est d’amener la quiétude, la tranquillité. Il a fait savoir que les objectifs de la police de proximité sont de sécuriser les populations, selon leurs demandes ; de faire la prévention de l’insécurité ; d’impulser un esprit nouveau aux personnels de sécurité et aux populations, dans leur comportements quotidiens et dans leurs rapports réciproques.

En outre, il dira que les journalistes ont un grand rôle à jouer dans les efforts de Paix et de sécurité. A cet effet, il a indiqué que les journalistes doivent faire preuve d’exactitude, d’impartialité et de responsabilité. « Les journalistes doivent acquérir une compréhension plus poussée des causes des phénomènes d’insécurité ou du conflit et comment celui-ci se développe et se termine. Les journalistes doivent savoir où chercher ces causes et ces solutions. En fournissant ces informations, le journaliste contribue à mieux informer le public sur le conflit, au delà de la violence, et peut ainsi aider à la résolution du conflit. Les journalistes doivent être conscients du rôle crucial qu’ils peuvent jouer dans une période de conflit », a déclaré Drissa Traoré.

Comme contribution des medias pour une sécurité inclusive, il a conseillé aux journalistes de mener des enquêtes ou des investigations sur les cas d’insécurité ; de créer un cadre de concertation avec les forces de sécurité intérieure ; de lutter contre la désinformation ; de sensibiliser les populations sur le concept de « police de proximité » etc.

Aguibou Sogodogo

Source: Le Républicain

MaliwebSociété
Dans le cadre de la mise en œuvre de son projet intitulé « Promotion du dialogue entre les forces de sécurité intérieure et les populations pour renforcer leur lien de confiance et de collaboration », l'Association Malienne des Droits de l'Homme (AMDH), en partenariat avec l'Institut Danois des Droits...