Le lancement officiel du Projet d’appui à la lutte contre la corruption et le monitoring des violations des droits de l’homme et de la plate-forme Kenekanko s’est tenu le mardi 20 septembre 2022 au grand l’hôtel de Bamako. C’était sous la présidence du Secrétaire Général du ministère de la Justice et des droits de l’homme, garde des sceaux et en présence des représentants des partenaires Techniques et Financiers dont l’Union Européenne ; le PNUD ; l’AMDH ; la Fondation Tuwindi…

 

Selon M. Tidiani Togola, coordinateur de la Fondation Tuwindi, cette plate-forme a pour but de permettre à la population et aux organes de medias de dénoncer les cas de corruption et de violation des droits de l’homme. Il ajoute que la corruption constitue le premier frein au développement du pays, sachant que les fonds détournés servent à améliorer les secteurs phares tels que : la santé, l’éducation, l’agroalimentaire, la culture, les services publics, l’environnement… Concernant la violation des droits de l’homme, il informe que selon un article publié sur ONU Infodu 1er janvier au 31 mars 2022, la MINUSMA a recensé 812 cas de violations et atteintes aux droits de l’homme et au droit international humanitaire au Mali.

C’est dans ce contexte que le « Projet d’Appui à la lutte contre la corruption et le monitoring des violations des droits de l’homme » a vu le jour avec l’appui technique et financier du Projet a la Transition et du Programme d’Appui à la stabilisation du Mali à travers le renforcement du de l’Etat de droit « PROSMED. Il a pour objectif global de mettre en place un dispositif permettant de faire le monitorage des violations des droits humains et des cas de corruption ainsi que de produire des articles d’investigations basés sur des alertes recensées sur des plateformes technologiques. C’est dans cette optique que l’application Kenekanko et une Plateforme WED, ont été développées afin d’optimiser les efforts.

En témoignage, le représentant de l’AMDH a évoqué que ce programme permettra à l’AMDH et la Fondation Tuwindi d’appuyer l’état malien dans la lutte contre la corruption qui étouffe depuis belle lurette, le développement du Mali et les violations des droits humains. Une occasion d’attirer l’attention des autorités sur l’application Kenekanko. Pour finir, le représentant de l’AMDH a vivement remercié les partenaires Techniques et Financiers, notamment le PNUD et l’Union Européenne pour l’appui dans la réalisation du projet Kenekanko.

Dognoume Diarra

SourceLe Confident