Alors que le premier président démocratiquement élu du Mali, Alpha Oumar Konaré (1992-2002), revenait d’un séjour médical au Royaume du Maroc, des esprits retors le disaient mort, enflammant du coup les réseaux sociaux lundi dernier. La nouvelle, pardon le fake news, a manqué de peu d’être viral. Du pipeau !

Le Malien serait-il devenu un loup pour le Malien ? La réponse est affirmative au vu des derniers développements de l’actualité concernant certaines personnalités. Sous nos cieux, les cœurs se sont tellement endurcis que l’on vous annonce sans fondement la mort des gens, juste pour le plaisir ou pour faire l’intéressant.

C’est l’ancien président Alpha Oumar Konaré qui a fait les frais de l’annonce du faux décès à laquelle s’adonnent aujourd’hui certains Maliens sans foi ni loi. Au nom de la liberté d’expression, ils se permettent de tout dire, de tout écrire, surtout par ces temps d’incertitudes où les hommes politiques sont voués aux gémonies, accusés de tous les péchés d’Israël pour le déclin de la nation, une responsabilité somme toute collective.

Mais Dieu veille, Alpha Oumar Konaré est bel et bien en vie, de retour de soins intensifs au Maroc grâce à la sollicitude de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Il croque de nouveau la vie à belles dents, entouré de l’affection de sa famille, de ses amis et de ses compagnons politiques.

Président de la République du 8 juin 1992 au 8 juin 2002, Alpha Oumar Konaré est un combattant de la liberté, un monument au Mali et en Afrique, voire ailleurs. Historien, archéologue et muséologue, il fut pendant 2 ans ministre de la Jeunesse, des Sports, des Arts et de la Culture (1978-1980) sous le régime du général Moussa Traoré. Il démissionne du gouvernement pour protester contre l’assassinat d’Abdoul Karim Camara, alors secrétaire général de l’Union des élèves et étudiants du Mali (UNEEM), survenu le 17 mars 1980 des suites de tortures subis au camp des parachutistes de Djicoroni.

Avec des camarades de route, il fonde ensuite la Coopérative culturelle Jamana, qui sera par la suite, à travers le journal Les Echos – créé le 17 mars 1989 -, le fer de lance de l’ouverture démocratique au Mali. Cette structure a beaucoup contribué à la chute de GMT le 26 mars 1991.

Candidat de l’Alliance pour la démocratie au Mali/Parti africain pour la solidarité et la justice (Adéma/Pasj), Alpha Oumar Konaré est élu président de la République au 2e tour du scrutin face au candidat de l’Union soudanaise du Rassemblement démocratique africain (US-RDA), Tiéoulé Mamadou Konaré au terme d’une Transition conduite par le lieutenant-colonel Amadou Toumani Touré à la tête du Ctsp. Il est réélu le 11 mai 1997 face à Mamadou dit Maribatrou Diaby (paix à son âme).

Durant sa décennie à Koulouba, Alpha a rehaussé le niveau de la diplomatie malienne. Il a doté le pays d’infrastructures de grande envergure (échangeurs de Badalabougou, du Babemba, aménagements hydro-agricoles) à telle enseigne que Mamadou Lamine Traoré (paix à son âme), son opposant après avoir été son compagnon, ironisait un “bilan globalement goudronné”.

Quand bien même il a hérité d’une économie exsangue, il a pu organiser la Coupe d’Afrique des nations (Can-2002), qui demeure en la matière le meilleur tournoi de ce type jamais organisé en Afrique. Véritable projet de développement, la Can-2002 a complètement changé le visage de Bamako et des villes secondaires, en les dotant d’infrastructures indispensables au progrès.

Il est le père de l’Université au Mali, des logements sociaux (les 300-Logements de Garantiguibougou, la Cité de la solidarité à Sotuba) et de plusieurs réformes sociales (institution du Mois de la solidarité, de la Maison des aînés, etc.)

Notons aussi qu’avant de prendre une retraite méritée, Alpha Oumar Konaré, dont l’engagement pour l’Afrique ne fait l’ombre d’aucun doute, a piloté les premiers pas de la Commission de l’Union africaine, née des cendres de l’Organisation de l’unité africaine.

Longue vie et santé de fer M. le Président ! Merci à Sa Majesté Mohammed VI pour toute l’attention au peuple malien !

Tout compte fait, toute âme goutera la mort !

El Hadj A. B. HAIDARA

xx

 Lettre de remerciements d’adame Ba Konaré :

“Par la grâce de Dieu, avec l’assistance du Roi du Maroc …  le président Konaré a recouvré sa santé”

Juste après son retour à Bamako où l’ancien président de la République, Alpha Oumar Konaré, séjournait au Maroc pour des soins médicaux, son épouse Konaré Adame Ba a adressé une lettre de remerciements à tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à l’amélioration de l’état de santé du président Alpha Oumar Konaré. Elle remercie le président Denis Sassou Nguesso pour son assistance et le Roi Mohammed VI pour la prise en charge et l’équipe médicale de Rabat pour sa promptitude.

A nos chers compatriotes,

Maliens, de l’intérieur et de l’extérieur,

A nos nombreux amis et sympathisants à travers l’Afrique et le monde.

A tous ceux d’entre vous qui nous ont adressé des messages de vœux et de compassion.

A tous ceux d’entre vous, qui, de loin ou de près, nous ont accompagnés de leurs bénédictions, nous savons que vous avez tous été ébranlés  à l’annonce de la maladie du président Konaré.

Aujourd’hui, par la grâce de Dieu Tout Puissant  et Miséricordieux, à l’assistance du président Denis Sassou Nguesso, de Sa Majesté le Roi du Maroc,  que Dieu l’assiste, et de l’équipe médicale qu’il a mobilisée pour nous, je puis vous assurer que le président Konaré a recouvré sa santé et que nous sommes bien rentrés à Bamako ce lundi 15 novembre 2021.

Permettez que nous remercions Sa Majesté le Roi du Maroc, que Dieu l’assiste, et le personnel médical, au nom de nos enfants, de nos familles, de nos amis et de tous nos proches, du président Konaré et de moi-même.

Permettez que nous adressions nos remerciements sincères au président Denis  Sassou Nguesso qui, dès l’annonce de la maladie du président Konaré, nous a spontanément apporté son aide désintéressée et fraternelle.

Permettez que nous remercions également les médecins de notre pays qui, de longues semaines durant, ont fait de leur mieux pour nous apporter leur assistance avant que sa Majesté le Roi du Maroc, que Dieu l’assiste, ne nous offre sa bienveillante générosité pour la prise en charge du président Konaré.

La promptitude avec laquelle l’équipe médicale  de Rabat a établi le diagnostic pour une prise en charge rapide et efficiente a tout de suite ouvert la voie à la guérison du président Konaré.

Ce n’était pas un AVC mais une inflammation des nerfs et des racines nerveuses provoquée par les conséquences sournoises du Covid que le président avait attrapé au mois d’avril dernier. Ceci pour vous dire que le Covid est une maladie assez mystérieuse qui n’a pas fini de dévoiler tous ses secrets et contre laquelle nous vous prions tous de vous prévenir par les nombreuses mesures préconisées à cet effet : port du masque, distanciation, désinfection régulière au gel hydroalcoolique et enfin la vaccination.

Pour terminer, à toutes les bonnes personnes à la grande générosité de cœur et d’esprit que Dieu a placées sur notre chemin, à l’Ambassadeur du Mali et à ses collaborateurs, à la communauté malienne résidant à Rabat, qui nous ont réservé un accueil chaleureux, nous disons également grand merci.                  

Adame Bah KONARE

Ancienne première dame du Mali.

Source: Aujourd’hui-Mali

MaliwebmaliactuSociété
Alors que le premier président démocratiquement élu du Mali, Alpha Oumar Konaré (1992-2002), revenait d’un séjour médical au Royaume du Maroc, des esprits retors le disaient mort, enflammant du coup les réseaux sociaux lundi dernier. La nouvelle, pardon le fake news, a manqué de peu d’être viral. Du pipeau...