Rien ne va plus entre le chef de l’Etat et le Chérif de Nioro. Lors du Maouloud, lundi 20 janvier, le chef religieux s’est dit trahi par le candidat qu’il a supporté à la présidentielle. Et il promet des représailles.

 ibrahim boubacar keita ibk cherif bouille bouye haidara nioro mouvement sabati 100 millions

L’idylle entre IBK et le Chérif de Nioro, Mohamed Ould Cheicknè Hamaoula dit Bouyé,  guide spirituel des Hamallistes, remonte à l’année 2012. Contraint de lâcher le pouvoir, Amadou Haya Sanogo, alors capitaine et maître de Kati, cherche un candidat présidentiel susceptible de restaurer l’Etat, de redonner confiance à l’armée et de ne pas chercher des poux dans la tête des putschistes. Le choix tombe sur IBK, ce qui ne surprend personne. Non seulement le candidat du RPM a souvent dit non à ATT, la bête noire de l’ex-junte, mais en plus, IBK a toujours été populaire auprès des troupes qui voient en lui un homme de poigne et de parole. C’est pourquoi Sanogo écarte la foule de candidats qui lui font une cour assidue et se lance dans une campagne géante au profit d’IBK.

 

L’engagement du  Chérif

 

L’une des premières personnalités auxquelles Sanogo présente IBK s’appelle Bouyé, le Chérif de Nioro. Vieil ami du général Moussa Traoré, Bouyé est de ceux qui ont vivement approuvé le putsch du 22 mars 2012. Très écouté des milliers de membres de sa confrérie, il l’est aussi du Haut Conseil Islamique présidé par un de ses proches, l’imam Mahmoud Dicko. Poussé par son activisme anti-ATT et anti-FDR, Bouyé voue à Sanogo une forte affection et, fait inédit, a passé plusieurs jours à la résidence du militaire, à Kati. Quantité de sacrifices et de bénédictions ont été effectués à l’occasion. Conformément à la doctrine de l’ex-junte, Bouyé s’est  régulièrement élevé,  sous  la Transition, contre toute intervention militaire étrangère au Mali. Il dit donc à IBK: « Je soutiens Sanogo et comme Sanogo te soutient, je te soutiendrai aussi. ». Entente conclue. Bouyé entame aussitôt la mobilisation des musulmans en faveur d’IBK. Petit couac: il ne peut mettre officiellement le Haut Conseil Islamique à contribution en raison de la présence dans ce regroupement d’un autre leader religieux de poids: le célèbre Ousmane Madani Haidara, très peu en phase avec le duo Bouyé-Mahmoud Dicko et qui semble plutôt pencher vers Soumaila Cissé, non par conviction politique, mais juste pour contrer le duo susvisé. Bouyé trouve une parade : il met en branle l’association islamique « Sabati 2012″ dont Mahmoud Dicko avait, quelques mois auparavant, dit, lors d’un meeting, qu’il ne pouvait parler qu’au nom du Haut Conseil Islamique. Un semblant de compétition se tient entre une dizaine de candidats théoriquement acquis aux valeurs de l’islam et qui ont accepté de se soumettre aux auditions de « Sabati 2012″. A chacun d’eux, « Sabati 2012″ soumet une liste de doléances: octroi de subventions publiques aux associations et écoles religieuses; interdiction de toute publicité sur le tabac et l´alcool; maintien d’un ministère du culte dans le gouvernement; promotion de banbques islamiques, etc. « Sabati 2012″, au final,  jette son dévolu sur IBK, au détriment, entre autres, de prétendants comme Maître Mountaga Tall (CNID), de Cheick Modibo Diarra (RPDM), de Choguel Maiga (MPR) et Moussa Mara (parti « Yelema »). Le choix est officiellement proclamé à Nioro, le 19 juillet 2013, par Bouyé lui-même. « Bouyé a parlé. Les musulmans du Mali sont appelés à voter, le 28 juillet 2013, pour El-Hadj Ibrahim Boubacar Kéïta afin de le faire élire dès le premier tour!», exulte Moussa Boubacar Bah, président de « Sabati 2012″ et fils spirituel du Chérif. En vérité, le choix de « Sabati 2012″ était couru d’avance car nul n’ignorait les préférences du Chérif. Justifiant le choix d’IBK, le chef des Hamallistes ne se gêne pas de prêcher à la foule massée à son domicile: « Nous devons barrer la route du pouvoir aux politiciens corrompus qui ont plongé ce pays dans le gouffre ! Nous devons opter pour le changement et IBK seul peut, aujourd’hui, nous l’apporter. ». Bouyé, dans la foulée, débloque 100 millions de FCFA pour la campagne d’IBK.

 

 

 

Certes, IBK ne doit pas sa large victoire électorale au Chérif ni à « Sabati 2012″ mais leur implication à ses côtés lui inspire des sentiments de gratitude. Aussi, avant même son investiture à la présidence, il se rend à Nioro du Sahel pour rendre hommage à Bouyé.

 

Le divorce

La tension monte entre Bouyé et IBK dès la nomination du gouvernement. Un directeur de banque proposé par Bouyé perd la primature au profit d’Oumar Tatam Ly. Mieux, des hommes d’une grande proximité avec les anciens présidents ATT et Alpha Oumar Konaré entrent au gouvernement.Bouyé n’apprécie guère et le fait savoir. Il ne perd rien pour attendre. Le 27 novembre 2013, son fidèle ami nouvellement promu général, Amadou Haya Sanogo, est arrêté. Le chef religieux croit rêver. Il s’estime lâché, trahi par le nouveau chef de l’Etat. La colère de Bouyé va crescendo en voyant qu’il n’est plus consulté par Koulouba sur les affaires publiques.

 

 

 

A l’approche des législatives, il demande au RPM de s’allier à des personnes et formations politiques qui avaient soutenu IBK pendant la présidentielle. Certaines sections du RPM comme celles de Ségou, des commune 5, 3 et 2 de Bamako; de Kayes; de Koutiala et de Nioro ont accepté les sollicitations du Chérif. Dans d’autres localités, les leaders du RPM les ont refusées (Sikasso, Yorosso, Nara, Kita, Kolokani, Niono). Dépité, Bouyé décide de soutenir lui-même les candidats rejetés par le RPM mais qui, présen,tés en indépendants ou sur d’autres listes de partis, seront battus. Bouyé ne décolère pas car ses candidats, portés par la liste ADP-MALIBA, avaient gagné à Nara et Niono avant de se voir recalés par la Cour Constitutionnelle. C’est là, semble-t-il, la goutte d’eau qui fait déborder le vase.  Bouyé étale sa révolte sur la place publique.

 

 

Lundi 20 janvier 2014, il reçoit du beau monde à Nioro, à commencer par le ministre du Culte, Thierno Diallo, l’un de ses fidèles. Lors d’un sermon très attendu, Bouyé ne mâche pas ses mots. Il se demande, tout haut, comment IBK a pu laisser les juges de la Cour Constitutionnelle annuler  leur guise les suffrages des Maliens et proclamer des résultats qui, selon lui, « ne réflètent pas la vérité des urnes ». La transition est toute trouvée pour que Bouyé conclue: « Nous n’avons pas eu droit au changement que nous attendions. Rien n’a changé depuis l’élection présidentielle. Au contraire, les ténors de l’ordre ancien restent en place ou refont surface alors que les partisans du changement sont jetés en prison ou exclus des affaires publiques ! ». L’allusion au cas de Sanogo saute, ici, aux yeux. Le comprenant, les ministres et hautes personnalités présentes se font tout petits dans la foule. L’ORTM, qui retransmet la cérémonie, charcute massivement le discours du Chérif. « Nous nous sommes battus pour que ce qui nous est arrivé en 2012 ne se reproduise plus. Or la menace revient », s’indigne le chef religieux. Le Chérif s’insurge contre le fait que tous les Arrêts de la Cour aient été pris en faveur du RPM: « Ce n’est pas parce qu’un parti est au pouvoir qu’il doit bénéficier de toutes les faveurs au détriment des autres Maliens. Si le RPM n’arrête pas d’être injuste envers les Maliens, je le combattrai plus fermement que je n’ai combattu l’ancien régime ! Je n’a pas combattu ATT par simple détestation mais parce qu’il se montrait injuste envers le peuple! ».

 

 

Quoique peu favorable à l’Adema, Bouyé n’apprécie pas que ce parti ait été spolié de 12 000 voix à Gao. Il demande à IBK des sanctions contre les juges de la Cour. Il ajoute d’un ton de défi: « Le RPM doit se rendre compte que c’est le peuple qui a offert le pouvoir à IBK et non le RPM, même si, en retour, IBK a donné le pouvoir au RPM. ».

 

 

Bouyé, pour se faire mieux respecter du pouvoir, décide de s’impliquer davantage dans la politique. Il annonce que dans les semaines à venir, on entendra parler de lui tant au niveau du Haut Conseil Islamique qu’ailleurs. Espérons que le clash entre IBK et Bouyé clarifie les rapports de plus en plus obscurs entre la politique et l’islam.

 

Abdoulaye Guindo et Tiékorobani

SOURCE: Procès Verbal