Une enquête judiciaire est ouverte contre une page Facebook dénommée « mali jolies den -mjd » derrière laquelle se cachent des individus qui, associés en malfaiteurs pour se faire de l’argent, évoluent dans le chantage, l’atteinte à la vie privée, la diffamation, l’injure, l’usurpation d’identité numérique et le proxénétisme à travers le site web : djiarabi.com.

Sachant que nul ne veut être souillé, ils jouent la carte de cette peur par des publications avant d’inviter téléphoniquement leur cible, via des relais en France et à Bamako, à payer d’importantes sommes d’argent pour voir que cessent les attaques et dénigrements sur leur page.
Plusieurs victimes, entendues, ont reconnu leur avoir versé de l’argent soit sur différents comptes paypal identifiés sous Fatou Djigue etc, soit sur différents comptes orange money, qu’ils ont pris le soin de supprimer ou d’abandonner mais qu’on a retrouvés et qui sont en cours d’analyses par les services techniques.
Les personnes qui refusent de céder au chantage sont traitées de tout par des individus qui se veulent donneurs de leçons, justiciers etc alors qu’ils sont tout le contraire de ce pourquoi ils prétendent salir les autres.
Des individus qui se cachent derrière un avatar, c’est déjà un signe de malhonnêteté et de lâcheté surtout que c’est pour soutirer de l’argent à des semblables au lieu d’aller travailler et gagner dignement son argent.
Des enquêtes, il ressort que ce sont des femmes mariées, des mère-célibataires pour la plupart, des divorcées dont certaines ont pu se remarier, des gays et des lesbiennes etc.
Le réseau de proxénétisme organisé autour du site djiarabi.com consiste à vous proposer des numéros de téléphone avec les photos des titulaires pour faire votre choix, ensuite vous payez le prix en fonction de certaines caractéristiques qu’on ne mentionne pas ici pour des raisons de pudeur.
Les femmes qui refusent le jeu, sont attaquées et traitées de tout sur la page mjd. Il a été compris que toutes les femmes qui sont dénigrées sur la page ont refusé le diktat de ce réseau de malfaiteurs soit parce qu’elles préfèrent garder leurs dignités, soit parce qu’elles préfèrent évoluer en solo ou être indépendantes soit qu’elles n’ont pas été d’accord sur les conditionnalites etc.
Alors pour leurs faire payer, elles sont attaquées méchamment. Ces individus qui n’épargnent personne, qui passent leur temps sur la vie privée des autres, ont détruit par leurs agissements délictuels et criminels, des vies de couple, séparé des enfants de leurs père et mère, détruit des carrières musicales et professionnelles et ont poussé deux (2) jeunes dames, à ce jour, à prendre des cachets en vue de se donner la mort tellement qu’elles s’étaient senties bafouées, avilies, salies par ces individus d’une méchanceté inqualifiable, juste pour l’argent. L’une d’elles est encore en soins réguliers grâce à ses proches dans un pays occidental.
Et tout ça, parce qu’ils se croyaient rassurés de toute impunité, oubliant que même sur le net on ne peut indéfiniment se cacher. Il y a toujours plus forts que soi pour nous démasquer grâce à l’outil informatique et c’est chose faite pour ces gens dont certain (e)s sont identifiés et localisés. Pour ceux qui ne le sont pas encore, un appel à témoins avec leurs photos sera publié ici à temps utile pour que l’on nous aide à les traquer et à les mettre hors d’état de nuire.
Toutes les personnes proches de ces individus, délinquants et criminels présumés, seront interpellés et entendus dans les jours à venir et répondront de leurs actes de complicités car la page collabore et a collaboré avec beaucoup de personnes qui ne s’en cachaient même pas et en étaient même fières tout en gardant le silence sur l’identité de ses administrateurs et administratrices. On a découvert que leur mot de passe est « n’ta don te mogo chi do kasso la ». Comme pour dire si vous êtes interpellés, dites seulement que vous ne savez pas qui sommes nous et le tour est joué.
NB:
si vous avez quelque information utile sur cette bande de malfaiteurs, veuillez nous la partager en inbox et passez au parquet en tout anonymat.
Par ailleurs abstenez vous de faire la publicité de vos produits et services ou de vos entreprises sur cette page faisant l’objet d’enquêtes délictuelles et criminelles parce que cela vous rend complices de ses actions.
C’est comme le financement du terrorisme encore que ces gens sont justement dans le terrorisme cybernétique.
Abstenez vous aussi de commenter ou de partager les publications de la page mjd car désormais vous êtes au courant qu’elle fait l’objet d’enquêtes judiciaires.
Ne vous rendez pas complices de ces individus sans foi ni loi qui se cachent derrière un avatar alors que vous, vous êtes identités par votre photo, votre produit ou votre entreprise donc facile à retrouver et à interpeller. Ne vous créez pas des ennuis judiciaires à cause de personnes qui n’osent montrer leurs têtes.
Déjà 10 personnes prises au hasard ont été interpellées et sont en garde à vue pour partages et commentaires des publications infractionnelles de cette page.
5 autres le sont pour les publicités de leurs produits et versements d’argent à une bande criminelle, la finançant et l’encouragent du coup dans ses activités criminelles.
Aucune agitation, aucune hystérie, aucune influence ou intervention, aucune intimidation ne fera fléchir les services en charge de cette procédure. On y veuillera de manière intraitable pour toutes les victimes, pour la justice, pour la paix publique afin que l’on puisse vivre en toute dignité et en toute sérénité dans le cyber espace malien. Ça prendra le temps qu’il faut pour mettre aux arrêts toute la bande dont certains membres vivent aux USA (New York, Atlanta, Seatle, Manhattan), en France et à Bamako.
Nul ne sera interpellé dans cette procédure qui n’y a rien à voir.
Source: page Facebook du parquet de la commune 4.
MaliwebJustice malienneMaliweb Malijet MaliactuSociétéSociété malienne
Une enquête judiciaire est ouverte contre une page Facebook dénommée « mali jolies den -mjd » derrière laquelle se cachent des individus qui, associés en malfaiteurs pour se faire de l’argent, évoluent dans le chantage, l’atteinte à la vie privée, la diffamation, l’injure, l’usurpation d’identité numérique et le proxénétisme...