Elles sont criminalisées par les lois en vigueur, mais les violences conjugales sont monnaie courante au Benin et touche particulièrement les femmes.

 

« Il est 9h30 du soir. Mon sommeil est interrompu par les pleurs de mes cousins et les disputes de mon oncle et sa première femme. ‘’Hé Kevin, que se passe-t-il ?, demandai-je à mon cousin, âgé d’à peine 12 ans. ‘’C’est papa et maman. Ils se disputent’’, répond-il en larmes.

‘’Mais, calmez-vous, ce ne sont que des disputes d’adultes, ils vont se calmer d’ici là’’, avais-je tenté de rassurer le jeune garçon. ‘’Tu ne comprends rien, attends voir. Il va encore lui faire du mal’’, me réponds Kevin avant de me tourner le dos et commencer à crier à l’aide.

Subitement, j’entends des cris. Je n’en revenais pas. Ma tante se tordait sous les coups de mon oncle. Il lui donnait des coups, l’insultait… Mes cousins et moi avons essayé de l’interrompre sans succès.

‘’ Tu penses que c’est pour rien que je t’ai épousé ? J’ai payé ta dote pour que tu répondes à mes envies sexuels. Ne me fais plus ce coup’’, finit-il par menacer.

 C’est là que j’ai compris ce qui se passait.  Devrait-il frapper sa femme parce qu’elle ne voulait pas d’un rapport sexuel ? Pourtant, il disait l’aimer. Deux minutes après, les voisins viennent pour le calmer et culpabiliser la  femme.

Cette scène s’est passée il y a 7 ans. Mais ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres au Benin. De 2014 à aujourd’hui, j’ai vu et entendu parler  de plusieurs cas de violences. Elles sont des milliers, ces femmes qui subissent chaque fois les coups de leurs époux sans pour autant pouvoir en parler ou dénoncer. Elles ont peur d’être mal vues et d’être traitées de mauvaises épouses.

Au Benin, la LOI N° 2011-26 DU 09 JANVIER 2011  comme la  Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes , punissent les violences. Qu’elles soient physique, psychologique, sexuelle, ect). A titre d’exemple, il y a eu un cas en septembre dernier. Un enseignant a été arrêté pour avoir violenté sa femme.

 Au Benin, la société ne conçoit pas le mariage comme  une vie entre partenaire. Elle pense encore que la femme devient un acquis et la propriété de l’homme dès qu’elle accepte une vie de couple. Il faut qu’on se le dise, ce n’est simplement pas juste. Il est temps qu’on réalise que la femme  n’est pas un objet sexuel. Il faut amener notre société à comprendre qu’il peut arriver que la femme n’ait pas envie d’aller à l’acte sexuel et que son mari a obligation de respecter son choix .»

Source : Benbere

MaliwebSociété
Elles sont criminalisées par les lois en vigueur, mais les violences conjugales sont monnaie courante au Benin et touche particulièrement les femmes.   « Il est 9h30 du soir. Mon sommeil est interrompu par les pleurs de mes cousins et les disputes de mon oncle et sa première femme. ‘’Hé Kevin, que se passe-t-il ?,...