Carré d’AS du championnat national et finaliste de la coupe du Mali, l’AS Mandé de la commune IV du District de Bamako (Messieurs) a sans doute réalisé le meilleur parcours de son histoire, depuis la création de la section basket lors de la saison 1989-1990. Dans cet entretien, le coach de l’équipe masculine et manager de la section basket, Moussa Sidibé dit Kemp, revient donc sur cette saison époustouflante et se prononce également sur l’avenir. Interview !

 

Le Matin : Félicitations pour cette première finale historique en coupe du Mali de basket.  Quels sont aujourd’hui vos sentiments après cette finale perdue ?

Kemp : Un sentiment de fierté et de joie pour mes jeunes joueurs pour avoir rêvé plus grand qui est notre slogan d’ailleurs : «Dream big» ! Les enfants se sont bien battus, ils ont tout donné, mais ça n’a pas marché. Je félicite l’AS Police pour sa victoire méritée.

Selon vous, qu’est-ce qui a le plus manqué à l’AS Mandé face à l’AS Police  dans cette finale ?

Kemp : Dans cette finale, nous avons surtout manqué de chance, notamment au niveau des 3 points qui est la force de notre attaque. Nous avons manqué beaucoup de 3 points. Cela s’explique par le fort engagement qui fait que la pression a pris le dessus

Carré d’AS du championnat et finale de la coupe du Mali. La saison 2020-2021 a réellement consacré la montée en puissance de l’AS Mandé. Qu’est-ce qui explique cette grande forme ?

Kemp : La grande forme de l’AS Mandé est liée au fait que les jeunes ont grandi ensemble et qu’ils aiment les challenges. Et ils travaillent beaucoup pour les relever, pour atteindre leurs objectifs, réaliser leurs ambitions.

 Qu’est-ce qui est envisagé pour maintenir ce cap ?

Kemp : On envisage de continuer sur cette lancée tout en corrigeant nos différentes lacunes. Nous faisons fréquemment le bilan afin de corriger ce qui n’a pas marché et améliorer nos atouts. Nous envisageons aussi de trouver des mécènes et de sponsors pour investir dans l’équipe afin de réaliser de meilleurs résultats et surtout accéder un jour à la Basket-ball Africa League (BAL) qui génère beaucoup d’argent. Il faut un fort soutien financier pour y parvenir. Nous avons besoin de l’accompagnement matériel et surtout financier de tous pour maintenir ce cap de performance et réaliser nos ambitions.

Mais les filles de l’AS Mandé ont visiblement des difficultés à suivre le rythme des garçons.  Comment expliquez-vous cela ?

Kemp : Nous avons commencé le programme avec les garçons, depuis 2015, pour titiller le haut niveau. Aujourd’hui, Dieu merci, les garçons font la fierté de la commune. Et cela grâce à l’éclosion de pépites comme Cheick O. Fofana, Aliou B Yattassaye, Maciré Sylla, Mamadou Kanouté, Karoga Diallo, Harouna Thiam, Sékou Ouédraogo, Soumaïla Sissouma, Tamadjan Konaté, Bourama Cissé, Ntio Diarra et Souleymane Coulibaly qui font la fierté du basket masculin au Mali et ailleurs. Leur talent a donc dépassé le cercle du Mandé pour illuminer toute la discipline à tous les niveaux parce qu’ils peuvent rivaliser avec les meilleurs sans complexe.

Avec les filles, nous avons également commencé le programme en 2019 avec l’ambition de montée en première division pour la saison prochaine In Shaa Allah. Déjà dans les petites catégories (juniors et cadettes), nous avons certainement les meilleures équipes actuellement. C’est vous dire que les filles sont également bien parties pour faire parler d’elles dans peu de temps.

Quelle est votre ambition après le parcours honorable de cette saison 2020-2021 ?

Kemp : Notre ambition est d’être le champion du Mali et participer à la Basket-ball Africa League (BAL).

Propos recueillis par

Moussa Bolly

Source : Le Matin

MaliwebSports
Carré d’AS du championnat national et finaliste de la coupe du Mali, l’AS Mandé de la commune IV du District de Bamako (Messieurs) a sans doute réalisé le meilleur parcours de son histoire, depuis la création de la section basket lors de la saison 1989-1990. Dans cet entretien, le...